Rubrique
Hisoire

Une célébration particulière à Mila

Publié par LSA
le 20.03.2018 , 11h00
279 lectures

C’est dimanche, en fin d’après-midi, que la manifestation «Mila dans les bras de l’Algérie» a été lancée officiellement par les autorités locales, et ce, du 18 au 27 mars en cours.
Organisé sous le haut patronage du ministre de tutelle et du wali de Mila, par la Direction de la jeunesse et des sports (DJS), en commémoration du 56e anniversaire de la fête de la Victoire, correspondant au 19 mars de chaque année, cet évènement sport, jeunesse, culture fait ressortir toutes sortes d’activités de la jeunesse algérienne dans tout ce qui a trait aux arts traditionnels, chants patriotiques, arts plastiques, chants et musique, théâtre pour enfants, activités scientifiques, sport équestre, aviron, foot et handball.
Venus de 32 wilayas d’Algérie, les 600 participants vont gratifier le public de toutes les communes de la wilaya et vont évoluer au niveau des établissements des jeunes, Centre culturel islamique, base nautique de Grarem, stade Bélaïd-Belkacem de Mila et autres salles omnisports.
La manifestation a débuté par une parade et une animation assurées par les délégations participantes, organisée au niveau de l’artère principale de la ville et en présence des autorités locales et d’un nombreux public.
A. M’haïmoud

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 15-09-2018

Exportation de gaz
Vers la fermeture du gazoduc traversant le Maroc

Un «48 pouces» reliera El Aricha à Béni Saf, soit du point de jonction de la partie algérienne du gazoduc Maghreb-Europe à celle marocaine, à l’autre gazoduc transportant le gaz algérien vers l’Espagne à savoir le Medgaz. Ce qui laisse supposer la fermeture de ce gazoduc traversant le Royaume chérifien.

2

Périscoop 11:00 | 15-09-2018

Un recrutement surprise chez Bouhadja !

Le président de l’APN, Saïd Bouhadja, en a surpris plus d’un en recrutant, dans son cabinet, le fils d’un ancien chef du gouvernement. Un recrutement pas du tout «apprécié» par l’entourage de Bouteflika qui se méfiait