Voir Tous
Rubrique
Le Soir Auto

Suzuki Algérie Alto et Baleno dès juillet

Publié par Belkacem Bellil
le 13.06.2018 , 11h00
440 lectures

Le second projet automobile du groupe Tahkout, battant pavillon Suzuki et domicilié à Saïda, s’apprête à livrer ses premières fournées de véhicules assemblés localement. Selon des indiscrétions, ce sont Alto et Baleno qui seront proposés aux clients dès le début du mois de juillet et non Alto et Swift, comme annoncé lors du lancement de l’usine
Le choix d’Alto et Baleno répondrait à un souci d’accessibilité pour les clients. 
Si le premier modèle est déjà connu et apprécié en Algérie puisqu’il largement commercialisé par le représentant historique de la marque japonaise, en l’occurrence le groupe Elsecom, le second reste, en revanche, peu connu mais se positionne dans un segment (B), à forte demande. 
Une citadine avec des proportions plus importantes que la Swift et qui permet au spécialiste des mini-véhicules de proposer une offre plus proche des standards actuels dans le monde automobile. Elle propose ainsi à ses passagers une habitabilité en nette évolution par rapport à ses sœurs et une dotation en équipements de confort et de sécurité en conformité avec les attentes des clients. En attendant leur lancement, il se susurre déjà que les prix de ces deux nouveautés seront largement compétitifs, notamment celui d’Alto qui serait en deçà de la barre de 1 million de dinars.
B. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 06:00 | 01-06-2020

LA MESURE CONCERNE LES AFFAIRES DE CORRUPTION DÉFINITIVEMENT JUGÉES
Les biens saisis seront vendus aux enchères

L’Algérie s’apprête à enclencher officiellement le processus de récupération de l’argent détourné par d’anciens hauts responsables impliqués dans des affaires de corruption. Dans cette première étape, le recouvrement doit atteindre les 13 milliards de DA. Cette somme équivaut au montant évalué des deniers dilapidés uniquement par

2

Périscoop 06:00 | 01-06-2020

Accords à revoir

De source sûre, nous apprenons qu’un groupe de travail de haut niveau a été mis en place et a pour mission de «revoir» l’ensemble des accords commerciaux avec la France. Une révision, affirme notre source, qui concernera