Voir Tous
Rubrique
Le Soir Auto

Environnement Les moteurs thermiques indésirables à Amsterdam

Publié par LSA
le 15.05.2019 , 11h00
45 lectures

Amsterdam, la capitale hollandaise, part à la chasse aux véhicules thermiques (essence et diesel). Même les bateaux sont concernés par ce plan anti-pollution.
En effet, les véhicules à essence et au diesel seront interdits à Amsterdam à partir de 2030 «afin de purifier l’air de la ville», a décrété jeudi dernier le conseil de la capitale néerlandaise. Cette dernière cherche à réduire la pollution de l'air qui, selon les autorités locales, diminue l'espérance de vie des habitants de près d'une année.
Le plan se fera en plusieurs étapes. Dès 2020, il sera interdit aux voitures diesels de 15 ans et plus de circuler sur le «périphérique» A10 autour d'Amsterdam. À partir de 2022, aucun bus public (essence ou diesel) ne sera autorisé dans le centre-ville. En 2025, l'interdiction sera étendue aux embarcations de plaisance sur ses canaux, ainsi qu'aux cyclomoteurs et aux cyclomoteurs légers. Le plan d'action prévoit finalement que tout le trafic de véhicules thermiques soit interdit en 2030 dans la ville d’Amsterdam.
Selon les estimations, la ville aurait besoin de 16 000 à 23 000 bornes de recharge, d’ici 2025, pour que le projet soit viable. Il y a actuellement 3 000 bornes à Amsterdam. La ville veut d’ailleurs proposer des bornes de recharge à chaque acheteur d'un véhicule zéro émission.
 

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 06:00 | 01-06-2020

LA MESURE CONCERNE LES AFFAIRES DE CORRUPTION DÉFINITIVEMENT JUGÉES
Les biens saisis seront vendus aux enchères

L’Algérie s’apprête à enclencher officiellement le processus de récupération de l’argent détourné par d’anciens hauts responsables impliqués dans des affaires de corruption. Dans cette première étape, le recouvrement doit atteindre les 13 milliards de DA. Cette somme équivaut au montant évalué des deniers dilapidés uniquement par

2

Périscoop 06:00 | 01-06-2020

Accords à revoir

De source sûre, nous apprenons qu’un groupe de travail de haut niveau a été mis en place et a pour mission de «revoir» l’ensemble des accords commerciaux avec la France. Une révision, affirme notre source, qui concernera