Rubrique
Le Soirmagazine

Enquête-Témoignages Fin du mois de Ramadhan, l’heure des bilans

Publié par Sarah Raymouche
le 01.06.2019 , 11h00
602 lectures

Durant  un mois, les Algériens ont baigné dans une ambiance où consommation et dépenses ont fait bon ménage. L’heure des bilans a sonné ! Soirmagazine a recueilli quelques témoignages à ce sujet.
 

Rédha, papa de deux enfants, fonctionnaire :
«zéro boissons gazeuses ou industrielles»

Chaque début du mois sacré, avec mon épouse, nous nous donnons comme objectif de ne pas acheter les boissons industrielles et autres cherbete. Et, chaque année, nous cédons. Dès qu’on en consomme la première fois, nous ne résistons plus. Cette fois, nous avons réussi à nous en passer toute la période du jeûne. Nous avons consommé  uniquement de  l’eau minérale et avons pu constater que nous avons franchement moins soif et, surtout, nous souffrons moins d’aigreurs d’estomac. Et, cerise sur le gâteau, notre porte-monnaie se porte mieux. Je ne sais pas si c’est vrai que le sucre a un effet sur les enfants en les rendant hyperactifs. 
En tout cas, les miens, en supprimant ces boissons, je les trouve au lit à mon retour de la prière des tarawih. Chose inimaginable l’année dernière. Donc, pour moi, mon bilan est très positif !»

Hadi, papa de trois enfants, profession libérale :
«Le marché, c’est samedi»

Je n’ai pas pris de résolution particulière si ce n’est celle de tout faire pour continuer à participer aux marches pacifiques du vendredi. Et cela est passé notamment par le changement de mes habitudes de consommation et de dépenses. Le marché ne se fait plus le vendredi mais le samedi. En plus, je suis assez pressé d’en finir. J’ai l’impression de rater une actualité importante tellement les choses évoluent rapidement. En plus, avant, je prenais le  temps de choisir les différents produits pour les comparer et j’en discutais autour de moi, surtout durant le mois de carême. Cette année, les conversations tournent autour des marches et l’évolution des événements  que connaît le pays. Pour moi, le mois de Ramadhan de cette année a une connotation particulière : celle de la Révolution pacifique.    

Meriem, trois enfants, fonctionnaire : 
«J’ai pris du poids»

Juste avant le début du mois sacré, j’avais perdu dix kilos en trois mois. J’appréhendais le Ramadhan de peur de reprendre du poids. Et c’est le cas, j’ai grossi de deux kilos. Je n’ai pas pu résister longtemps. La première semaine s’est passée très bien, mais dès que les invitations de la famille et des amis se suivaient, ma résolution baissait. On peut considérer que deux kilos, ce n’est rien, mais pour moi c’est énorme. 
En plus, j’ai rejoint un groupe sur Facebook qui donnait des conseils pour manger sainement. J’ai téléchargé pas mal de recettes et essayé de pratiquer du sport, mais cela n’a pas été suffisant devant les brioches fourrées au chocolat, el-ham lahlou et autres sucreries. 
La salle de sport m’attend dès la fin de l’Aïd ! Et je profite de cette occasion pour souhaiter Aïd moubarek à tous les Algériens, en leur conseillant de faire attention à la consommation des gâteaux !

Nawel, quatre enfants, femme au foyer : 
«Halte au gaspillage !»

Dès le début, je me suis fixé comme objectif de jeter le moins possible de nourriture. Pour moi, il était essentiel que toute ma famille me suive sur ce point et je devais absolument freiner mon mari dans ses achats impulsifs. Et cela s’est traduit par une quantité de pizza sur la table et de pain de diverses sortes. 
Pour cela, je faisais systématiquement des listes qui se composent de produits nécessaires, en supprimant tout ce qui était superflu. Et il faut dire que j’ai été intransigeante. Dès la première semaine, lorsque mon époux a acheté du pain, j’ai gardé tout ce que nous pouvions mangé, le reste je l’ai directement rangé dans le congélateur. Le deuxième plat n’était plus systématique. J’ai fait en sorte de préparer de petites quantités, cela me permettait de cuisiner un jour sur deux ou trois.
Les salades sont les points noirs. Elles sont nécessaires sur la table, un peu comme des ornements, mais que l’on consomme très peu. Eh bien, je suis devenue la poubelle du foyer afin d’éviter qu’elles finissent dans la benne à ordures. Mes enfants ont été également  de la partie, lorsqu’ils ne jeûnent pas, pour le déjeuner, je leur sert les restes de la veille. De cette façon, il y avait moins de gaspillage. Cependant, et malgré tout cela, j’ai été obligée de me débarrasser de quantités de pain. Pour avoir la conscience tranquille, je les ai acheminées chez un Mozabite qui les collecte pour ses bestiaux. Je tâcherai de continuer sur cette lancée, même après le  mois de carême.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Contribution 11:00 | 23-02-2020

L’Algérie de Kamel Daoud et la nouvelle Algérie

Kamel Daoud est la fierté d’Oran et pourquoi pas celle de l’Algérie ? En visionnant, en mode replay, L’Algérie de Kamal Daoud, documentaire diffusé sur France 5, je vois défiler les images d’une belle Algérie. D’autres

2

Régions 11:00 | 20-02-2020

Poisson lièvre
Les marins-pêcheurs de Tipasa appellent à la vigilance

C'est à la fin du mois de janvier 2020 qu’un petit métier de 4.80 mètres avait pêché un poisson de type rare, sur la côte de Tipasa ; il s’agissait du «poisson lièvre» que des marins de Damous avaient remonté dans leurs filets. M’hamed