Rubrique
Le Soirmagazine

Voyage culinaire M’qiîdat, le gâteau des nostalgiques

Publié par H. Belkadi
le 08.06.2019 , 11h00
318 lectures

Dans notre voyage culinaire de cette semaine, nous allons rester dans une ambiance de fête et c’est à Blida que nous nous rendons pour partager avec vous une des plus vieilles recettes de gâteaux traditionnels algériens que beaucoup ne connaissent pas.

C’est en particulier la génération des jeunes Algériennes emportées par la nouveauté et le modernisme, et qui suivent particulièrement toutes les créations des recettes de sucreries et douceurs que les jeunes talents ne cessent de créer et d’innover, qui ne connaissent pas m’qiîdat. le gâteau que nous allons faire découvrir à beaucoup d’entre vous et qui a pratiquement disparu de la pléiade de recettes traditionnelles algériennes aussi délicieuses les unes que les autres. Cependant, plusieurs d’entre elles ont petit à petit disparu par méconnaissance ou par manque de pratique, ce qui a fait tomber ce genre de gâteau en désuétude. C’est ainsi que les anciens modèles ont été remplacés par des nouveaux plus dans l’air du temps, mais dont la base est restée la même et à laquelle on a apporté des modifications ou des ajouts dans le décor et la présentation. Mais pour les plus nostalgiques d’entre nous, la recette présentée va sans aucun doute raviver certains souvenirs qui nous ferons chaud au cœur.           
Ingrédients :
1) Pour la pâte d’amandes : - 500 g d’amandes moulues très finement, 300 g de sucre, 2 œufs, 1 c. à c. de vanille, 1 c. à c. de beurre.
2) Pour la pâte de base : 3 mesures de farine, ½ mesure de matière grasse (smen ou beurre), 1 mesure d’un mélange d’eau tiède et d’eau de fleurs d’oranger, 1 pincée de sel.
3) Pour le sirop : 3 mesures d’eau, 2 mesures de sucre, 1/2 mesure d’eau de fleurs d’oranger.

Préparation de la aâqda :

Prendre un ravier en verre, y mettre les amandes émondées et moulues finement, ajouter le sucre cristallisé et la vanille. Bien mélanger tous les ingrédients puis ajouter les œufs battus en omelette. Ramasser le tout et travailler le mélange jusqu’à ce que le sucre fonde et qu’on ne le sente plus entre les doigts afin d’obtenir une pâte onctueuse et homogène. Recouvrir d’un film plastique et réserver au frais.
Préparation de la pâte de base : 
Dans une terrine, incorporer la matière grasse fondue et refroidie à la farine préalablement tamisée à laquelle on aura ajouté la pincée de sel. Sabler la pâte en frottant la farine entre les doigts pour bien faire pénétrer le gras. Ramasser avec le mélange d’eau et d’eau de fleurs d’oranger pour obtenir une pâte souple et malléable. 
Couvrir et laisser reposer au frais pendant au moins une demi-heure. Il est conseillé de préparer la pâte d’amandes et la pâte de base la veille afin que les pâtes reposent et soient faciles d’utilisation. 
Façonnage : Commencer par former des boules de pâte d’amandes de 35 g environ et réserver.  Etaler la pâte de base en bandes fines mais pas transparentes  et à l’aide d’une djriwra, découper des lanières de 5 cm de long et 2,5 cm de large. Les enfariner, placer la boule d’amande au bout puis enrouler en boudin. Placer dans un plateau fariné et enfourner dans un four préalablement chauffé. Laisser cuire pendant une quinzaine de minutes. Les m’qiîdat doivent légèrement dorer. Retirer du four et, encore chaudes, les tremper dans le sirop froid pendant quelques secondes, retirer, laisser égoutter et sécher, ce qui donnera du brillant au gâteau. Placer dans des caissettes et saupoudrer d’amandes en poudre ou parsemer d’amandes effilées. 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Entretien 11:00 | 19-02-2020

Farid Alilat, auteur de Bouteflika. L’histoire secrète :
«Bouteflika est un cachotier qui n’a pas d’amis»

Farid Alilat, journaliste au Matin dès le début des années 1990, est l’auteur d’un ouvrage, Vous ne pouvez pas nous tuer, nous sommes déjà morts, paru en 2002 chez Calmann-Lévy où il relate les tragiques événements

2

Régions 11:00 | 20-02-2020

Poisson lièvre
Les marins-pêcheurs de Tipasa appellent à la vigilance

C'est à la fin du mois de janvier 2020 qu’un petit métier de 4.80 mètres avait pêché un poisson de type rare, sur la côte de Tipasa ; il s’agissait du «poisson lièvre» que des marins de Damous avaient remonté dans leurs filets. M’hamed