Les choses de la vie / Les choses de la vie

Le trio de l’apocalypse

Le 27 février 2003, dans ce même espace, j’écrivais que M. Collin Powell était un menteur et que son cirque devant le Conseil de sécurité avec photos de surveillance trafiquées et faux flacon de gaz dévastateur frisait le burlesque. Dans l’ambiance générale de l’époque, où tout le monde se réjouissait de la future chute d’un dictateur, cette sortie inattendue en fera réagir plus d’un. Facebook n’étant pas encore le moyen privilégié d’expression populaire, c’est à travers mon courriel que je reçus des avis qui me traitaient de fou ! Evidemment, lorsque M. Collin Powell est venu reconnaître qu’il avait menti et que le New York Times se fendait d’un éditorial d’excuses, personne n’avait pensé à m’écrire ! Satisfaction quand même de ne pas avoir à m’excuser auprès des lecteurs pour avoir dit cette vérité cachée par les grands quotidiens et les networks occidentaux.
S’ils ont menti sur Saddam Hussein, pourquoi qu’ils ne mentiraient pas sur Bachar Al-Assad ? La réponse est claire pour tout le monde. Personne, hormis le trio infernal et sa presse aux ordres, ne croit à cette énième histoire de civils gazés par un pouvoir qui venait de mettre hors d’état de nuire pratiquement tous ses ennemis ? La grande différence avec 2003 est que les gens ne sont plus aussi crédules : la propagande étalée sur les chaînes de l’Empire ne rencontre que dégoût et indifférence d’une opinion publique blasée. Tout le monde comprend désormais cette triste vérité que nous nous efforçons d’expliquer depuis presque deux décennies.
L’agression tripartite contre la Syrie est une réponse lamentable de l’impérialisme aux défis de l’heure. Aucun des trois pays concernés n’a été agressé, ni faisait l’objet d’une quelconque menace. Aux Etats-Unis, les armes à feu tuent des milliers d’Américains et ce n’est pas la faute de Bachar Al-Assad. La responsabilité incombe aux lobbies des armes qui sont le véritable ennemi du peuple américain. Ce sont eux la principale menace à sa sécurité ! En France, les luttes sociales poussent le nouveau Président à rechercher une union sacrée pour faire avorter les oppositions musclées à ses privatisations et à l’exécution d’un plan d’ajustement imposé par les grands financiers et le patronat. Enfin, la Grande-Bretagne est peut-être le pays qui agit beaucoup plus par conviction, n’ayant plus rien à privatiser, ni aucun programme social à préserver ! Pour Londres, la guerre froide ne s’est pas arrêtée et ne s’arrêtera jamais quitte à se transformer en «guerre chaude» !
Ceux qui menacent la paix mondiale, ceux qui tuent et propagent le désordre, ce sont justement ces trois pays ! Ce sont la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis qui empêchent la paix mondiale de s’établir pour de bon ! Ils font croire aux gens que c’est la Russie, la Chine, l’Iran, la Corée du Nord et je ne sais qui encore qui sont le danger principal mais, en réalité, ce sont eux qui bombardent, tuent, massacrent, créent et encouragent les terroristes, mènent campagne sur campagne en Afghanistan, en Irak, au Sahel, en Syrie… Ils ont détruit la Yougoslavie parce qu’elle était trop autonome à leurs yeux. Ils répondaient, paraît-il, aux désirs de libertés des peuples croate, slovène et bosniaque et à leur aspiration à l’indépendance. Noble cause sauf que, quand la Catalogne a commencé à rêver aux mêmes droits, ce fut le coup de force, les alliances sacrées contre un peuple qui voulait, lui aussi, vivre libre. En fait, ils le font parce qu’ils sont contraints de le faire : c’est le sionisme international, ce puissant lobby détenteur du pouvoir financier et médiatique mondial et faiseur de majorités, qui leur dicte cette ligne de conduite opposée au libre choix des peuples.
Si la France, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne prenaient la décision de rester tranquilles une année, une année seulement, la paix reviendrait automatiquement partout, la coexistence pacifique serait à nouveau le credo des peuples et l’espoir renaîtrait des cendres fumantes de la violence et de la destruction. Les véritables ennemis de la paix mondiale sont ceux qui s’érigent en gendarmes, se donnant le droit d’intervenir militairement là où ils veulent, c’est-à-dire, curieusement, là où des hommes décident de vivre debout, là où des peuples ne veulent pas de leur système inique mais de son contraire qui leur assurerait une vie digne et heureuse… L’Irak aurait été plus fort, plus prospère, plus développé scientifiquement et culturellement si le sinistre Bush n’avait pas eu l’idée malheureuse de s’attaquer au berceau de l’humanité. Rappelez-vous : un décor de mauvais western, des mensonges, des crimes, des scientifiques de la grande université de Baghdad décimés, un large pillage de trésors archéologiques et, au bout, Daesh et la division d’un grand pays en communautés ethniques et religieuses. Le Yémen ne serait pas à ce stade de destruction et de désespoir. La Libye aurait été plus forte, plus prospère sans le sale coup du couple satanique Sarkozy- BHL avec l’aide de la sorcière Hillary ! Et si l’extraordinaire puissance de feu a été finalement dirigée contre la Syrie, ce n’est point pour la démocratie et les droits de l’Homme, mais pour abattre ce qui reste d’un certain honneur que les sionistes d’à côté veulent fouler des pieds. La Syrie est au centre de la nouvelle guerre parce qu’il y a des enjeux économiques, qu’elle a su résister héroïquement au terrorisme concocté dans les laboratoires de la CIA et du Mossad et qu’elle ne veut pas changer de camp en restant fidèle à la Russie et à l’Iran.
Entre nous, si MM. Trump et Macron, ainsi que l’autre toutou (e) de la Tamise, s’intéressent sérieusement à la démocratie et aux droits de l’Homme, il y a mieux : l’Arabie Saoudite, le Qatar, le Bahreïn sont là et il y a fort à faire ! Pas de partis, pas de presse indépendante, pas de syndicats… Avec, en plus, le fouet qui cingle les dames ayant eu la faiblesse d’aimer ou le sabre tranchant les cous des auteurs de crimes divers ! Mais ce serait ignorer la triste vérité que de croire que le royaume saoudien risque d’être inquiété pour tous ces manquements à la démocratie car le prince héritier a payé doublement et rubis sur l’ongle ! Il a déboursé pour que les trois aventuriers laissent tranquille le royaume. Il a casqué pour assurer une plus grande sécurité à Israël en tentant de détruire les forces militaires syriennes ! Et si vous ne me croyez pas, je vous rappelle ce qu’a dit Trump, mot à mot : «Nous voulons sortir de Syrie mais les Saoudiens nous demandent de rester. S’ils veulent qu’on reste, ils n’ont qu’à PAYER !» Voilà la belle morale de ce monde pourri dirigé par des chefs mafiosi, la voilà la belle histoire que ne racontera jamais Hollywood et qui ne fera pas l’objet de commentaires de la part des éditorialistes BCBG de BFM ou des journaux télévisés de TF1 ou France 2 !
C’est un monde de mensonges, de manipulations et de gros sous. La vérité n’est pas celle qu’ils nous vendent ! La vérité est tout autre et vous la connaissez ! Mais voyons plutôt les choses du bon côté : la Syrie n’est plus seule comme l’a été l’Irak. Malgré le «couchez-vous» habituel des sommets arabes, les peuples de la région ne suivent pas leurs dirigeants. L’opinion occidentale elle-même ne croit plus aux sempiternelles balivernes des journalistes maison. Et puis, ces frappes désordonnées et déviées par les systèmes de défense aérienne, ne signifient-elles pas que l’interventionnisme militaire impérialiste est arrivé à sa fin ? Il est en panne d’idées, en panne de stratégie, en panne de souffle.
M. F.