Rubrique
Monde

Afghanistan 12 tués, dont 3 enfants, par une voiture piégée à Kaboul

Publié par Agence
le 14.11.2019 , 11h00
14 lectures

Un attentat au véhicule piégé mercredi à Kaboul a fait 12 tués, dont trois enfants, et 20 blessés, dont quatre étrangers, qui étaient la cible de l'attaque, a-t-on appris auprès des autorités.
L'attentat, mené à l'aide «d'un minibus chargé d'explosifs, visait un 4x4 d'une entreprise de sécurité étrangère appelée GardaWorld», a dit dans la matinée un porte-parole du ministère de l'Intérieur, Nasrat Rahimi. 
«Douze personnes, dont trois enfants, ont été tuées, et vingt ont été blessées, dont quatre membres de la société GardaWorld», a déclaré en fin de journée une porte-parole du ministère de l'Intérieur, Marwa Amini. Le précédent bilan était de sept morts et dix blessés. 
Les autorités n'ont pas indiqué la nationalité des membres de GardaWorld. 
Un des tués était «un écolier de 13 ans se rendant à l'école», a souligné le ministre de l'Intérieur en exercice, Massoud Andarabi, en marge d'une conférence de presse.
Une source au ministère de l'Intérieur avait affirmé initialement que l'attaque visait un convoi de véhicules du gouvernement. 
L'attentat, survenu en pleine heure de pointe, n'a pas été revendiqué dans l'immédiat. 
Il est intervenu alors que le Président afghan Ashraf Ghani a annoncé mardi la libération de trois prisonniers talibans de haut rang en un apparent échange avec deux professeurs étrangers retenus en otage par les insurgés depuis 2016, un geste qui pourrait avoir d'importantes répercussions sur le processus de paix. 
Parmi les trois prisonniers talibans, figure Anas Haqqani, fils du fondateur du réseau Jalaluddin Haqqani, une importante branche de la rébellion talibane et responsable de nombreuses attaques contre Kaboul et ses alliés de l'Otan.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-12-2019

Après leur condamnation par la justice
Ces biens qui doivent être confisqués à Sellal et Ouyahia

Le procès consacré à l’automobile a permis de lever le voile sur un aspect qui a longtemps alimenté fantasmes et rumeurs populaires : les biens personnels de certains ministres qui ont gouverné des années durant. Au cours

2

Corruption 11:00 | 09-12-2019

DES MOTS POUR LE DIRE
Ouyahia, en 2007, au sujet de la corruption et de la mauvaise gestion

«J’ai un ami, qui est toujours ministre et en poste très important au gouvernement ; lorsque nous parlions de la corruption qui existe au plus haut niveau de l’Etat, il me disait qu’il ne faudrait pas non plus oublier de parler et