Rubrique
Monde

Sommet Trump-Kim Dénucléarisation de la péninsule contre des garanties de sécurité pour Pyongyang

Publié par Agence
le 13.06.2018 , 11h00
172 lectures

Le sommet historique entre le président américain, Donald Trump, et le dirigeant nord-coréen, Kim Jong Un, tenu  mardi à Singapour a été sanctionné par la signature d'un document commun salué par la communauté internationale, comme un «premier pas» vers la dénucléarisation de la péninsule coréenne.   
Les deux dirigeants ont réaffirmé à l'occasion leur engagement en faveur d'une dénucléarisation complète de la péninsule coréenne, en s'inscrivant dans une voie d'instauration de paix durable et de nouvelles relations entre les deux pays. 
Lors de la cérémonie de signature du document, M. Trump a assuré qu'il s'agissait d'un «accord très important et assez complet», assurant que le processus de dénucléarisation pourrait désormais commencer «très rapidement», tandis que le leader nord-coréen l'a décrit comme «un document historique». La rencontre a été marquée par une poignée de main appuyée entre les deux dirigeants suivie par un tête-à-tête avant la tenue des entretiens élargis  aux délégations pendant près de cinq heures dans un grand palace à l'île de Santosa. 
Affirmant avoir «tourné la page du passé», les deux chefs d'Etats se sont entendus sur quatre principaux points pouvant structurer les prochaines négociations entre les deux pays.  
Il s'agit d'établir de nouvelles relations conformément à la volonté de paix et de prospérité des peuples des deux pays, d'associer leurs efforts pour bâtir un régime de paix durable et stable, de travailler à une complète dénucléarisation de la péninsule coréenne, ainsi que de s'engager à restituer les restes des prisonniers de guerre et des portés disparus au  combat, avec un rapatriement immédiat de ceux déjà identifiés.  
Concrètement, les deux parties ont convenu de commencer les négociations  dès la semaine prochaine. Pour mieux conforter ces efforts de paix, les  
Etats-Unis et la Corée du Nord ont annoncé d'ores et déjà les premières mesures.  
Donald Trump a annoncé au cours d'une conférence de presse, animée juste après à la fin du sommet, que les Etats Unis mettraient fin aux exercices militaires conjoints avec la Corée du Sud, décrits comme «très provocateurs» à l'égard de la Corée du Nord.  
Pyongyang fera, quant à elle, un nouveau geste en procédant à la  destruction d'un site de tests de missiles, qualifié de «majeur» par le président américain.  Malgré cette concession, les sanctions contre la Corée du Nord resteraient en vigueur, tant que la «menace» des armes atomiques n'aura pas été levée,  a clarifié le dirigeant étatsunien. La rencontre, la première du genre entre un président américain et un leader nord-coréen, et le document signé par les deux parties ont été salués par la communauté internationale évoquant à un pas vers la dénucléarisation de la péninsule coréenne.  
Pour la Chine, le fait que les plus hauts dirigeants des deux pays soient  assis côte à côte pour des pourparlers d'égal à égal a un sens important et constitue le début d'une nouvelle histoire».  Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi a affirmé que «la Chine s'en félicite et apporte son soutien» soulignant qu'il faut une «dénucléarisation totale», mais «en même temps, il faut qu'il y ait un processus de paix pour la péninsule afin de résoudre les préoccupations raisonnables de la Corée du Nord en matière de sécurité». 
La Russie a salué par la voix du vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, «un pas important» espérant qu'il y aurait «plus de chances en faveur d'un règlement des problèmes par la voie des négociations". 
De son côté, le président sud-coréen, Moon Jae-in, a salué l'accord de Singapour le considérant comme un «évènement historique ayant mis fin à la  Guerre froide», tandis que le premier ministre japonais, Shinzo Abe, a apporté son soutien «à ce premier pas vers une résolution d'ensemble des questions concernant la Corée du Nord». 
L'Union européenne a également salué la tenue du sommet comme une «étape capitale et nécessaire» vers une dénucléarisation de la péninsule coréenne.  
«La déclaration commune signée aujourd'hui par les dirigeants des Etats-Unis et de la République populaire démocratique de Corée indique clairement que cet objectif peut être atteint», s'est félicitée la représentante de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, dans un communiqué. 
L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) n'a pas aussi tardé à réagir en assurant être «prête à effectuer tout activité de vérification»  sur les sites nucléaires nord-coréens, a indiqué son secrétaire général, Yukiya Amano, dans un communiqué, en se félicitant du document signé par les dirigeants américain et nord-coréen. 

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 17-06-2018

Appareils vendus

Les trois anciens aéronefs de type Boeing 767-300, dont Air Algérie a décidé de se délester, viennent de trouver preneur, conformément au cahier des charges lancé par la compagnie nationale. L’acquéreur serait

2

Actualités 11:00 | 19-06-2018

ILS SERAIENT AU NOMBRE DE DEUX ET AURAIENT AVOUÉ LEUR CRIME
Les assassins du ressortissant chinois interpellés

L’affaire de l’assassinat du Chinois à Dar-el-Beïda a connu son épilogue il y a quelques jours suite à l’arrestation des principaux responsables du drame qui avait fait réagir la représentation de Pékin à Alger. Les informations en