Rubrique
Monde

Mali Douze blessés, dont sept Français, dans une attaque terroriste à Tombouctou

Publié par Agence
le 16.04.2018 , 11h00
127 lectures

Sept soldats français ont été blessés dans l'attaque qui a visé, samedi, les camps de la mission de l'ONU (Minusma) et de la force française Barkhane à Tombouctou, dans le nord du Mali, au cours de laquelle «une quinzaine» d'assaillants ont été tués, a annoncé hier l'état-major français.
L'assaut a fait au moins un mort et une dizaine de blessés parmi les Casques bleus, selon la mission de l'ONU au Mali (Minusma). Un premier bilan donné par les autorités maliennes avait fait état d'«une dizaine de blessés» parmi les troupes françaises. «Notre détermination à soutenir la paix au Mali reste inébranlable», a réagi dimanche sur Twitter le chef du département des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Jean-Pierre Lacroix. «Cette attaque sournoise a été contrée, l'objectif de provoquer le plus de dégâts possible a échoué», a dit le porte-parole de l'état-major français, le colonel Patrik Steiger. «Au moins une quinzaine (d'assaillants) ont été tués», dont certains à l'extérieur de l'enceinte du camp. «Des tirs indirects de roquettes ou de mortier ont été suivis par l'explosion successive de trois véhicules piégés. Des assaillants ont réussi à entrer, dont certains déguisés en Casques bleus pour semer la confusion», a-t-il ajouté, soulignant qu'«aucun tir fratricide n'a eu lieu».
Le ministère malien de la Sécurité avait évoqué la veille deux véhicules piégés, l'un aux couleurs des Forces armées maliennes (Fama) et l'autre portant le sigle «UN» des Nations-Unies. Le premier «a explosé», tandis que le second «a pu être immobilisé».
En réaction à l'assaut, quatre avions Mirage 2 000 ont été envoyés samedi depuis la base française de Niamey, au Niger, ainsi que deux hélicoptères Tigre et trois Caïman avec des commandos à leur bord, «pour contribuer à la reprise complète du contrôle» du camp et «sécuriser la piste de l'aéroport (jouxtant le camp, ndlr) afin de permettre l'évacuation sanitaire des blessés», a précisé le colonel Steiger. «Au petit matin, la situation était stabilisée», a-t-il ajouté.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Soit dit en passant 11:00 | 20-09-2018

Tous ont combattu ! Qui a trahi ?

Est-ce que l’une ou l’un d’entre vous comprend par quel miracle l’Algérie continue à nous

2

Actualités 11:00 | 22-09-2018

ALGER-PARIS
Nouvelles tensions diplomatiques

Irritée par les comportements de Paris, Alger a, à l'évidence, décidé de ne plus rester les bras croisés. Entre les deux capitales, la tension est désormais très perceptible, et l'Algérie est quant à elle bien décidée à crever l'abcès lors de la réunion de la Comefa qui