Placeholder

Rubrique Monde

Indonésie Grande effervescence autour de la présidentielle de ce mercredi

Plus de 205 millions d’Indonésiens voteront mercredi 14 février pour élire leur président, mais aussi leurs représentants au Parlement, au conseil régional et aux conseils législatifs.
L'actuel ministre de la Défense, au passé controversé, pourrait être élu dès le premier tour selon les sondages. Le vaste archipel doit élire en une seule journée son futur président ainsi que 580 députés et 20 000 élus régionaux et locaux. Si aucun des trois candidats à la présidentielle n'obtient la majorité, un second tour se tiendra en juin. Battu en 2014 et 2019 par Joko Widodo qui ne peut plus se représenter, Prabowo Subianto, 72 ans, caracole en tête des sondages, notamment grâce à la présence à ses côtés pour le poste de vice-président de Gibran Rakabuming Raka, 36 ans, fils aîné du président sortant surnommé Jokowi. Le doyen des candidats pourrait prendre les commandes de la troisième plus grande démocratie au monde malgré un parcours militaire controversé. Crédité de 51,8% des intentions de vote dans un sondage publié ce vendredi, tendance confirmée par deux autres sondages, Prabowo Subianto pourrait être élu dès mercredi. Il devance très largement les deux autres candidats, l'ex-gouverneur de Jakarta, Anies Baswedan, qui recueille environ 24% des intentions de vote devant l'ex-gouverneur de Java centre, Ganjar Pranowo, distancé de près de 5 points. Les 800 000 bureaux de vote ouvriront mercredi à 7h heure locale (22h GMT mardi) d'abord en Papouasie, province la plus orientale du pays et refermeront à 13h.
Fidélité au Non-alignement
L'actuel ministre de la Défense s'est ainsi engagé à poursuivre le programme de développement et de construction d'infrastructures qui a permis à l'Indonésie de sortir relativement indemne de la pandémie de Covid-19. Le pays connaît une croissance constante qui a atteint 5,05% en 2023, certes en léger recul par rapport aux 5,3% de 2022. Pour faire de l'Indonésie un pays «avancé et prospère», Prabowo veut poursuivre la politique de nationalisme des ressources de Widodo, en tentant de faire du plus grand producteur mondial de nickel un acteur clé dans la chaîne d'approvisionnement des voitures électriques. Sur le plan diplomatique, il devrait rester fidèle à la stratégie des «non-alignés», mouvement dont l'Indonésie est à l'origine, et devra trouver un délicat équilibre au milieu des rivalités dans la région entre la Chine et les États-Unis. «Il considère la Chine comme un partenaire stratégique, mais il a une éducation occidentale. Je pense qu'il penchera davantage vers l'Occident», estime M. Kenawas.
R. I.

Placeholder

Multimédia

Plus

Placeholder