Voir Tous
Rubrique
Monde

Soudan Hamdok entame une visite au Darfour

Publié par Agence
le 05.11.2019 , 10h00
63 lectures

Le président du Conseil des ministres soudanais, Abdallah Hamdok, a entamé hier une visite au Darfour, la première dans cette région de l'ouest du pays où il a assuré que son gouvernement s'attelait à pacifier ce territoire. 
M. Hamdok effectue un voyage d'une journée au Darfour, théâtre d'un conflit armé qui a éclaté en 2003. Environ 300 000 personnes sont mortes et 2,5 millions ont été déplacées lors de ce conflit, selon l'ONU. 
M. Hamdok a rencontré des victimes dans la ville d'El-Facher, capitale du Nord du Darfour, qui abrite plusieurs camps où vivent des dizaines de milliers de Soudanais depuis des années.  «Nous voulons obtenir justice! Envoyez tous les criminels du Darfour à la CPI (Cour pénale internationale)», ont scandé des Soudanais à l'adresse de M. Hamdok lors de ses visites dans deux camps, selon les agences.  «Nous voulons que les criminels soient remis à la CPI. Sans cela, il n'y aura pas de paix», a dit hier lundi Mohamed Adam, un représentant des victimes. 
«Nous travaillerons tous ensemble pour satisfaire vos demandes et assurer un retour à une vie normale», a déclaré pour sa part M. Hamdok, devant une foule scandant «pas de justice, pas de paix au Darfour». 
Destitué en avril et emprisonné pour corruption depuis, l'ancien Président Omar el Béchir fait l'objet de deux mandats d'arrêt internationaux émis en 2009 et 2010 par la CPI pour «crimes contre l'humanité» et «crimes de guerre» au Darfour. 
Les autorités de transition actuelles doivent ratifier le statut de Rome de la CPI si elles entendent permettre le transfert de 
M. el Béchir à la Haye.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 04-06-2020

Les avocats réclament la présence de Bedoui et Saïd Bouteflika au procès de Hamel
L’ombre des grands absents

L’ombre des absents plane lourdement dans la seconde partie du jugement de Hamel et de ses trois fils. En dépit de l’insistance du collectif de défense des prévenus, Saïd Bouteflika et Nourredine Bedoui n’ont pas comparu durant les deux

2

Actualités 11:00 | 04-06-2020

Hommage
Un an après sa disparition, il reste toujours parmi nous

Je l’entends tousser du bout du couloir du journal. Il porte un masque, se frotte les mains avec le gel hydroalcoolique, vérifie si