Rubrique
Monde

Venezuela L'UE prolonge les sanctions contre le gouvernement de Maduro

Publié par Agence
le 12.11.2019 , 11h00
16 lectures

L'Union européenne (UE) a prolongé lundi d'un an les sanctions imposées au gouvernement vénézuélien du Président Nicolas Maduro dont elle ne reconnaît pas la légitimité . «Compte tenu de la crise politique, économique, sociale et humanitaire que connaît actuellement le Venezuela (...), le Conseil a prorogé ce jour d'un an, jusqu'au 14 novembre 2020, les mesures restrictives à l'encontre du Venezuela», explique l'institution, qui représente les 28 Etats membres de l'UE, dans un communiqué. 
Ces mesures, adoptées pour la première fois en novembre 2017 contre 18 dignitaires, concernent désormais 25 personnes occupant «des postes officiels et responsables de violations des droits de l'Homme et/ou d'atteintes à la démocratie et à l'Etat de droit au Venezuela». 
Il s'agit notamment d'un «embargo sur les armes et sur les équipements susceptibles d'être utilisés à des fins de répression interne, ainsi qu'une interdiction de pénétrer sur le territoire de l'UE et un gel des avoirs». Le Conseil rappelle que ces mesures «ciblées, flexibles et réversibles» ont été conçues «pour ne pas nuire à la population vénézuélienne», et «ont pour but de favoriser la recherche de solutions démocratiques communes». 
Plus d'une cinquantaine de pays ont reconnu comme «président intérimaire du Venezuela» le président du Parlement et chef de l'opposition Juan Guaido. 
Le gouvernement du Président Nicolas Maduro reste soutenu à l'ONU par plusieurs pays notamment la Russie et la Chine.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 03-12-2019

Débarquement diplomatique chez Mihoubi

Le candidat du RND à la présidentielle du 12 décembre prochain Azzedine Mihoubi consacrera la journée d’aujourd’hui, mardi, à une série d’audiences qu’il prévoit avec de nombreux ambassadeurs. Entre autres, les ambassadeurs

2

Actualités 11:00 | 05-12-2019

Sellal au juge :
«J’ai signé sans savoir ce que je signais»

Second arrivé à la barre, Abdelmalek Sellal a répondu à toutes les questions qui lui étaient posées d’une voix inaudible. Contrairement à Ouyahia, son audition a duré moins de temps. Elle a porté sur les avantages accordés aux hommes d’affaires dans l’automobile mais également le financement occulte de la campagne électorale de Abdelaziz Bouteflika.