Voir Tous
Rubrique
Monde

Sahara occidental «Nous saurons faire face aux drones israéliens utilisés par le Maroc»

Publié par Agence
le 20.04.2021 , 11h00
1191 lectures

L'armée sahraouie saura faire face aux drones utilisés par l'armée d'occupation marocaine, a indiqué le secrétaire général du ministère sahraouie de la Sécurité et de la Documentation Sidi Ougal, affirmant que l'intervention française au Sahara occidental n'était pas uniquement politique mais également militaire.
Dans une déclaration à l'Aps, Sidi Ougal a assuré que le régime marocain avait fait appel à ses alliés après les grandes difficultés qu'il a rencontrées sur le terrain, précisant que le drone ayant ciblé dernièrement le chef de la gendarmerie sahraouie, Dah El Bendir était un drone israélien. Le chef militaire sahraoui a été éliminé par un drone Harfang, qui, il y a lieu de le souligner, est une version francisée par Airbus Defense and Space du drone israélien Héron. 
Des informations obtenues par le site marocain, le Desk.ma font état d'une opération combinée menée par un drone Harfang de conception israélienne, qui a pointé la cible au télémètre Laser en permettant à un chasseur d'exécuter la frappe à grande distance par un ou plusieurs tirs de missiles air-sol. 
Selon Sidi Ougal, le Maroc a commencé à utiliser des drones dès la reprise du conflit armé entre le Front Polisario et le Royaume du Maroc, le 13 novembre dernier, suite à la violation du cessez-le-feu par le Maroc. La présence israélienne et française aux côtés de l'occupation marocaine prouve, dira-t-il, que le Makhzen veut aller vers l'escalade au Sahara occidental. 
D'un autre côté, l'usage des drones est « une preuve qu'il existe bien une guerre au Sahara occidental, contrairement à ce que soutient le régime marocain qui parle de simples accrochages », signale-t-il. Commentant l'assassinat de Dah El Bendir, le responsable sahraoui a soutenu que le Maroc utilisait la méthode israélienne d'assassinats ciblés ,qui consiste à éliminer les dirigeants à l'image de ce que fait l'entité sioniste en Palestine. Il a expliqué, dans ce contexte, que les membres du  commandement de l'armée sahraouie combattaient en première ligne, car ils sont membres d'une « armée populaire engagée dans une lutte pour l'indépendance ». « L'armée sahraouie saura s'adapter aux nouvelles armes introduites par l'occupant marocain sur le terrain », a-t-il affirmé, rappelant la volonté inébranlable du peuple sahraoui d'aller vers l'indépendance. « L'armée marocaine est enterrée dans les trous et les grottes au Sahara occidental, et n'est pas en mesure de mener cette guerre, ce qui explique le recours à une technologie pour compenser sa faiblesse », poursuit-il. 
Il a évoqué, en outre, la défaite du Maroc pendant la première guerre de libération, notant qu'après la signature de l'accord de cessez-le-feu en 1991, le Maroc avait libéré 66 détenus sahraouis, au moment où le front Polisario avait libéré 6 000 militaires marocains dont un officier et deux pilotes. « Si ce n'était l'implication de la France, la question de la colonisation du Sahara occidental aurait été réglée », a-t-il avancé, par ailleurs. Selon lui, « la France est impliquée dans le conflit depuis longtemps, et son implication n'est pas que diplomatique. Il s'agit aussi d'une présence sur le terrain ». 
Il assure, à ce propos, que la France est, en réalité, la « promotrice » de l'occupation du Sahara occidental, rappelant l'implication de l'aviation militaire française, durant les années 1970, et qui ciblait les combattants sahraouis lorsque ces derniers luttaient à la fois contre la Mauritanie et le Maroc.
APS

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

BILLET (PAS) DOUX 11:00 | 09-06-2021

L'arabe sur les maillots : du Benbellisme sans Ben Bella !

Beaucoup de lecteurs me demandent ce que je pense des maillots en arabe portés par les

2

Actualités 11:00 | 08-06-2021

L’ETRHB PASSE SOUS PAVILLON PUBLIC
La leçon assimilée de l’affaire Khalifa

Ils ne pouvaient sans doute pas espérer mieux, les milliers de travailleurs du Groupe Haddad. Désormais, ils savent à quoi s’en tenir, eux qui voguaient dans le noir depuis l’arrestation, puis le passage devant les juges du P-dg Ali Haddad, craignant de subir