Rubrique
Monde

Maroc Un fourgon fonce dans l'enclave espagnole de Ceuta avec 50 migrants à bord

Publié par Agence
le 19.11.2019 , 11h00
597 lectures

Un fourgon transportant 50 migrants africains a fait irruption «à toute vitesse» lundi à Ceuta en cassant une grille au niveau d'un poste frontière entre cette enclave espagnole et le Maroc, a indiqué la Garde civile. 
Ce fourgon a surgi dans la nuit «à toute vitesse et cassé la grille» du poste frontière de Tarajal, a déclaré un porte-parole de la Garde civile à Ceuta. 50 personnes dont des hommes, des femmes et des enfants d'Afrique subsaharienne voyageaient dans le véhicule, a-t-il ajouté. Le conducteur de la camionnette a été arrêté. Selon une vidéo du quotidien local El Faro de Ceuta, la partie avant de ce fourgon blanc immatriculé en région parisienne a été gravement endommagée par son impact avec la clôture, qui apparaît ouverte et pliée. La Garde civile a conduit les migrants vers un poste frontalier de la Croix-Rouge pour les prendre en charge, toujours selon cette vidéo. Ceuta et l'autre enclave espagnole dans le nord du Maroc, Melilla, uniques frontières terrestres de l'Union européenne en Afrique, servent fréquemment de portes d'entrée pour les migrants, qui escaladent le plus souvent les grandes clôtures frontalières. Depuis le début de l'année, 5.216 migrants ont réussi à entrer dans ces deux villes par voie terrestre, soit 12,4% de moins qu'en 2018, selon le dernier bilan du ministère de l'Intérieur espagnol. Sur ce total, 1.163 sont entrés à Ceuta. Selon le ministère, 27.594 migrants au total sont entrés en Espagne par voie terrestre ou maritime depuis le début de l'année, soit 50,7 % de moins qu'en 2018, année où l'Espagne était devenue la principale porte d'entrée des migrants clandestins en Europe. Elle est actuellement dépassée par la Grèce.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 08-12-2019

Emin auto :
«Bouchouareb demandait de l’argent pour régler notre situation»

Les représentants de la société Emin auto font, eux aussi, partie des témoins de la partie civile ayant accablé Bouchouareb et les deux anciens Premiers ministres incarcérés. «Nous avons déposé notre dossier en 2015, témoignent ses