Rubrique
Périscoop

Les précisions du professeur Djafer Boulanouar

Publié par Periscoop
le 12.11.2019 , 11h00
2474 lectures

Permettez-moi de réagir au «Périscoop» du dimanche 10 novembre 2019 intitulé «Grève contre un professeur chef de service». J’ai été surpris par ce billet alors que je viens juste de réintégrer mon poste de chef de service. En fait, je suis titulaire de ce poste suite à un concours national étant major de promotion. J’ai trouvé l’EHS Med-Abderrahmani dans un état d’indigence avancée. Aidé et encouragé par des médecins et des infirmiers professionnels, j’ai essayé de redresser un hôpital malade à plusieurs niveaux, depuis les soins jusqu’à sa vocation universitaire. J’ai externalisé la consultation et créé une traçabilité des dossiers médicaux. Apparemment, cela a dérangé de nombreux intérêts personnels occultes et inavoués. En ce qui concerne la justice, j’avais déposé une plainte contre la concernée et ses acolytes dès le 2 mai 2019. Je constate qu’une véritable cabale est menée contre moi avec la complicité de certains responsables dans le but de me déstabiliser. Cependant, pour ma part, je reste déterminé à relever un défi pour faire avancer les idées les meilleures et prendre en charge convenablement les patients. Sans oublier la formation de nos résidents en spécialité qui ne demandent qu’à apprendre leur métier dans la sérénité. Certaines personnes malintentionnées souhaitaient prendre en otage et les patients et l’hôpital pour en faire un «bien privé».
Professeur Djafer Boulanouar

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-12-2019

Après leur condamnation par la justice
Ces biens qui doivent être confisqués à Sellal et Ouyahia

Le procès consacré à l’automobile a permis de lever le voile sur un aspect qui a longtemps alimenté fantasmes et rumeurs populaires : les biens personnels de certains ministres qui ont gouverné des années durant. Au cours

2

Actualités 11:00 | 08-12-2019

Emin auto :
«Bouchouareb demandait de l’argent pour régler notre situation»

Les représentants de la société Emin auto font, eux aussi, partie des témoins de la partie civile ayant accablé Bouchouareb et les deux anciens Premiers ministres incarcérés. «Nous avons déposé notre dossier en 2015, témoignent ses