Placeholder

Rubrique Pousse avec eux

De la différence expliquée aux nuls entre l’isolement et le choix assumé de nos partenaires !

Ses médecins sont formels ! Après des examens approfondis, les IRM du cerveau de Joe Biden révèlent une forte présence …

… d’Anthrax !

J’adore les «gens» qui, de manière péremptoire, te jettent à la figure «Ouais, mais à ce rythme, l’Algérie va s’isoler du reste du monde et se fâcher avec les trois quarts de la planète». Et les voilà de te citer pêle-mêle le Maroc, le Mali ou encore les Emirats arabes unis. Mauvais timing. Pas le bon moment, camarades inquiets, pas le bon moment ! Je ne sais pas où vous étiez ni ce que vous faisiez ces dernières heures. Je suis journaliste, certes, donc naturellement curieux, mais pas au point de chercher obsessionnellement à connaître dans le détail minuté votre agenda et votre emploi du temps récents. Mais bon, fi sabil Allah, et dans l’intérêt de votre logiciel, une petite mise à jour afin de vous éviter une grave obsolescence. Le chef de la diplomatie espagnole débarque aujourd’hui. Bienvenido, Manuel Albares. Bienvenue ! Il y a eu brouille, brouille nécessaire afin que le ciel ensuite s’éclaircisse. Et en s’éclaircissant, le ciel éclaire aussi et surtout ceux qui ne voyaient pas distinctement le tableau de bord du navire algérien. Il y a des boutons, des voyants et des cadrans sur ce tableau de bord avec lesquels il ne faut pas jouer, sous peine de se voir débarqué au premier port ou juste laissé en haute mer. Je pense qu’il est bon que tout cela soit acté. L’avion du ministre espagnol des Affaires étrangères se pose sur un tarmac qui a vu le décollage, il y a quelques heures seulement, d’une forte délégation allemande, de haut rang, puisqu’elle comptait le vice-chancelier allemand, ministre de l’Economie et de la Protection du climat, Robert Habeck. Dans les bagages de Monsieur Habeck, le directoire du géant allemand de l’énergie, VNG. Pour faire court, Sonatrach dial lall’man ! Cette délégation allemande repart avec dans ses attachés-cases la création d’une task-force sur l’hydrogène, historique de par ses volumes à moyen terme et des contrats de livraison de gaz naturel dézédien à l’Allemagne par gazoduc, donc tout aussi historique et novateur comme mode de transport et d’acheminement entre nos deux pays. Je pourrais ainsi continuer, vous détailler en mode «tour de contrôle» de l’aérodrome Houari-Boumediene le ballet des aéroplanes qui ont atterri et décollé sur et du sol algérien. Mais à quoi bon ? Est-ce que cette description minutieuse calmerait les angoisses et terreurs nocturnes – feintes – de celles et ceux qui crient à notre «isolement dangereux» ? Permettez-moi d’en douter. Alors, peut-être juste signaler de la manière la plus neutre ceci : en quelques petites années, en très peu de temps lorsqu’on parle du temps de la gouvernance, la Dézédie est passée d’une «contrée» livrée à une famille et à un clan mafieux, conglomérat nauséabond tout content et frétillant de recevoir en grande pompe – j’allais rajouter «funèbre» ! – des présidents et Premiers ministres étrangers venus se foutre de nos gueules à domicile, voire sur pièces en délitement l’état de ce pays qui fut grand. Dois-je évoquer une nouvelle fois l’épisode encore douloureux pour moi d’un salopard, d’une fripouille comme Manuel Valls tout heureux de se prendre en selfies dérobés aux côtés finissants du chef de l’Etat algérien de l’époque ? Non, pas besoin de tels rappels, n’est-ce pas ? Alors, si aujourd’hui, certains osent encore parler, évoquer en éructant, ya aâdjaba, notre «isolement», moi j’dis : ce genre d’«isolement», celui qui nous intronise premier fournisseur de gaz de l’Italie et de l’Espagne et futur leader avec l’Allemagne sur le segment de l’hydrogène en Europe, inchallah Rabbi izid issal’tou aâlina ! Encore ! Encore de cet isolement ! Et encore et encore de ce thé que nous fumons voluptueusement pour rester éveillés au cauchemar des isolationnistes maniaco-dépressifs !
H. L.

Placeholder

Multimédia

Plus

Placeholder