Rubrique
Pousse avec eux

Excusez-nous de tomber malades !

Publié par Hakim Laâlam
le 06.09.2018 , 11h00
2578 lectures

Finalement, Depardieu, il est Ignoble ou…

… Vignoble ?

«Malgré les efforts du gouvernement, la facture d’importation des produits alimentaires et des médicaments continue d’augmenter.» C’est un constat tout ce qu’il y a d’officiel. Et on y lirait presque, entre les lignes, la rage des mêmes autorités de n’avoir pas pu dégraisser plus fort ces deux ardoises-là. Ben dis donc ! Le peuple est censé faire quoi face à ces regrets économiques ? S’excuser de manger ? Et demander surtout pardon de devoir, de temps à autre, se soigner ? Alors, pardon ! Oui, pardon d’avoir un organisme à nourrir et des ennuis de santé à guérir, tant bien que mal, parfois à deux par lit d’hospitalisation. Il nous faut faire en sorte de tomber moins souvent malades. Qu’importe le moyen, l’Etat ne va tout de même pas se ruiner en médocs pour nous ! Il a d’autres urgences à régler. Moi, perso, j’ai quelques idées. Pourquoi ne pas développer la thérapie par l’hypnose ? Dès que t’as faim, des coachs hypnotiseurs te suggèrent avec leurs yeux cerclés de cernes bien bleues que… non ! T’as pas faim, et qu’il ne s’agit que d’une erreur de transmission mentale entre ton cerveau et ton estomac. Même chose pour les bobos ! Tu crois que des trucs bizarres se passent dans ton corps, des douleurs atroces t’arrachent à ton sommeil, la nuit. Eh bien, là aussi, des hypnotiseurs-toubibs interviendront aussitôt. Une sorte de SAMU de l’hypnose, par téléphone. Et ils te persuaderont que tu n’es pas malade, que tu es un vilain hypocondriaque, accros aux médicaments, citoyen déviant au comportement néfaste pour l’économie nationale et ses courbes de croissance. Bon ! D’accord, mon idée risque de coûter cher en hypnotiseurs. Il en faudra beaucoup, des centaines, des milliers pour venir à bout d’une population aussi peu motivée. J’ai bien une autre solution. Et celle-là serait radicale. Là, nous n’aurions même plus recours aux hypnotiseurs, ni n’aurions besoin de nous excuser d’avoir faim ou de tomber malade. Parce que nous ne serions plus là ! Fini ! Terminé ! Dossier bouclé ! Sans population, plus de facture de bouffe ni de médocs. Le rêve. La société idéale des traceurs de courbes, des faiseurs de statistiques, et surtout de leurs commanditaires ! Le stade suprême du néant rassasié et en bonne santé ! Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 12-11-2018

JUSTICE
Coup d’accélérateur dans l’affaire «El-Bouchi»

La justice semble avoir décidé de donner un coup d’accélérateur dans l’étude de l’affaire de la cocaïne saisie l’été dernier à

2

Actualités 11:00 | 15-11-2018

FLN
Ould-Abbès passe la main

Le secrétaire général du Front de libération nationale, Djamel Ould-Abbès, a été victime d’une attaque cardiaque, dans la matinée d’hier, qui avait nécessité son évacuation à l’hôpital militaire de Aïn Naâdja, à Alger. Immédiatement pris en charge, il a quitté l’hôpital, en fin de matinée,

3

Périscoop 11:00 | 13-11-2018

Le retour de Gemalto

4

Pousse avec eux 11:00 | 13-11-2018

La jungle en folie !

5

Femme Magazine 11:00 | 12-11-2018

Santé

Les bienfaits de l’ail et de l’oignon