Pousse avec eux / Pousse avec eux

Gaâ m’habel !

Huawei Algérie. Toujours à votre…

… écoute !

Retour sur une frustration de congé. Un sujet que j’ai enragé de ne pouvoir traiter parce qu’en repos annuel : le certificat psychiatrique fourni par Abdesselam Bouchouareb pour justifier son absence dans le bureau d’un juge algérien, en Algérie. Je trouve que nous sommes passés un peu trop vite sur ce moment incroyable. Surnaturel. Etourdissant. Psychédélique. De ouf ! Les clés de l’économie et de l’industrie du pays étaient confiées à un chtarbé ! Un mec extrêmement fragile du bulbe et du cervelet ! Attention ! Mon propos n’est pas discriminatoire envers les esprits dérangés, les bouillonnants de la caboche. Moi-même, je suis connu pour être un agité du bocal. Mais moi, on ne m’a jamais confié le projet de relancer l’économie du pays ni celui de le doter d’une « industrie » automobile. C’est à peine si des plus fous que moi ont eu l’idée saugrenue de m’héberger en dernière page du journal. Mais là, on parle bien d’un MM ! Un ministre mah’boul ! Du coup, avec cet éclairage psychiatrique, en possession du fameux certificat, tu comprends mieux certaines choses. Le fait que la Symbol ait été élevée au rang de « constante nationale ». Ou encore que la carte grise d’une Picanto soit exigée par les futurs beaux-parents dans la liste des cadeaux pour des épousailles avec leurs filles. Ou encore que des pneus soient gonflés avec l’air comprimé s’échappant des coffres des banques. Tout s’explique ! Enfin, presque tout ! Me reste, tout de même, sur les bras une énigme. Celle de la bourse et de la cotation des certificats psychiatriques. Que vaut un tel document selon qu’il soit rédigé par un médecin à l’étranger ou paraphé ici, par un psychiatre dézédien ? Question… dérangeante qui exige de moi, avant d’y répondre, que je me repose un peu, sur un divan, tout en fumant du thé pour rester éveillé à ce cauchemar qui continue.
H. L.