Rubrique
Pousse avec eux

J’ai faim !

Publié par Hakim Laâlam
le 21.08.2019 , 11h00
2422 lectures
Journée nationale du Moudjahid…

… en milieu carcéral !

Dimanche 11 août. Mercredi 21 août. 10 jours nous séparent de l’Aïd el Kébir. 10 longs jours au bout desquels il n’est toujours pas possible d’acheter un bout de dinde, de veau ou une écaille de sardine riquiqui ! Oui ! Je vais vous parler de bouffe ! Et de discrimination. N’ai-je pas le droit de me mettre sous la dent un tout p’tit morceau de protéine sous prétexte que la « bonne société » a procédé au rituel du sacrifice, que les frigos de la « société pieuse » regorgent de bidoche ? Oui ! Je ne tue pas le mouton ! Oui, je ne compte pas le faire un jour. Et j’ai élevé et élève encore mes enfants dans le respect des us et coutumes et religions de tout le monde. Libre à ceux qui veulent égorger la bête. Même s’ils doivent s’endetter pour cela, je ne suis pas gestionnaire du portefeuille de crédits des autres. Mais n’ai-je pas, en retour, le droit citoyen, moi aussi, de revendiquer, dix jours après, des boucheries-volailles, des poissonneries ouvertes ou juste une laitue à moins de 250 dinars ? Suis-je un dangereux déviant condamné à la faim et à la privation parce que ne me conformant pas au « rituel » du sacrifice du mouton ? Et je ne parle pas ici des malades, des personnes astreintes à des régimes et qui doivent survivre en post-Aïd comme s’il s’agissait d’un Day After dévastant de consternation et de rideaux fermés ? Non ! Je ne me plierais pas non plus au diktat du congélateur, achetant comme un dératé, avant la période des fêtes religieuses, de la viande ou du poisson, les stockant frénétiquement dans la glace pour passer le cap de l’Aïd. Ou alors nous faut-il encore aller vers des débats absurdes ? Comme celui qui perdure depuis 1962 et qui, de marronnier et marronnier, jacasse sur les pharmacies et boulangeries de garde ? Tu me vois aujourd’hui appeler à une permanence de l’Aïd pour les bouchers ? Remarque ! J’ai bien entendu lundi dernier Djellab, le ministre du Commerce, en conférence de presse, expliquer le plus sérieusement du monde à des journalistes vachement intéressés le pourquoi du comment de la flambée des prix de la banane à 500 dinars. Mais j’veux pas de bananes et de dessert, nom d’une entrecôte saignante ! Juste une sardine ou un filet de poulet, ya bouguelb ! Et certains se demandent après pourquoi je fume du thé ! Comment faire sinon, pour tenir face à ce cauchemar qui continue 10 longs jours après l’Aïd, hein ?
H. L.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Entretien 11:00 | 19-02-2020

Farid Alilat, auteur de Bouteflika. L’histoire secrète :
«Bouteflika est un cachotier qui n’a pas d’amis»

Farid Alilat, journaliste au Matin dès le début des années 1990, est l’auteur d’un ouvrage, Vous ne pouvez pas nous tuer, nous sommes déjà morts, paru en 2002 chez Calmann-Lévy où il relate les tragiques événements

2

Régions 11:00 | 20-02-2020

Poisson lièvre
Les marins-pêcheurs de Tipasa appellent à la vigilance

C'est à la fin du mois de janvier 2020 qu’un petit métier de 4.80 mètres avait pêché un poisson de type rare, sur la côte de Tipasa ; il s’agissait du «poisson lièvre» que des marins de Damous avaient remonté dans leurs filets. M’hamed