Pousse avec eux / Pousse avec eux

La barbe !

Achevez-nous ou…

… remboursez-nous nos vies ! 

En attendant son «medjless echoura», le MSP nous gueule aux oreilles qu’il a trois scenarii pour la présidentielle de 2019. Moi aussi j’ai des choses à dire au MSP. D’abord, crier aux oreilles des gens, c’est pas bien. Et l’ORL, après, qui c’est qui le paie ? Le medjless machin-chose ? Au-delà de la nuisance sonore de cette annonce, j’ai un deuxième truc à dire au MSP. Je ne veux même pas connaître la nature et le contenu de ces trois scenarii. Walou ! Pas l’once d’un frémissement d’envie de lire un mot de ces trois éventualités. Comment te dire MSP ? Prends un clapet anti-retour. Le bidule de plomberie. Et imagine que j’ai le même dans mon crâne. A l’entrée. Eh bien figure-toi que mon clapet anti-retour est bloqué. Impossible de l’ouvrir à tes trois scenarii. Attention ! J’entends déjà les plombiers me suggérer de le dégripper, me conseillant même telle marque de dégrippant. Mais non, amis plombiers ! Mais non, MSP ! Mon clapet anti-retour est bloqué et c’est tant mieux. Je ne m’en plains pas ! Alors, tes trois scenarii peuvent peut-être contenir une foule d’informations, ça ne change rien. D’abord, parce qu’agoraphobe chronique, j’ai horreur de la foule. Et qu’ensuite et surtout je… m’en tape un peu, beaucoup, passionnément, à la folie de tes trois scenarii, MSP. Pour cette présidentielle, tu peux envisager de partir à point, de rester cul par terre sur la ligne de départ et attendre le coup de starter, de dresser tes oreilles, zaâma vachement aux aguets ou bien de t’allonger jusqu’à l’annonce des résultats, je m’en tamponne le coquillard ! Ce film, avec tous les scenarii, y compris les trois dont tu revendiques la paternité – la bonne blague – je les ai vus, revus et re-re-revus jusqu’à l’écœurement. C’est bien simple, après «La Grande Vadrouille» avec De Funès et Bourvil, le film que j’ai visionné le plus grand nombre de fois, c’est «Le MSP aux Présidentielles» ! Alors, s’il te plaît, laisse-moi juste goûter encore un peu au seul scénario qui ne me révulse pas : fumer du thé et rester éveillé à ce cauchemar qui continue.
H. L.