Pousse avec eux / Pousse avec eux

L’analyse à travers une poignée de main ou l’époque ensorcelante des guezzanate de supérette !

Le ministre de la Communication s’engage à protéger les journalistes. Bravo Ammar !

Un journaliste, un préservatif !

Alors qu’il y a 4 579 raisons de porter des critiques sur la gouvernance actuelle, sur la légitimité ou pas des dirigeants élus ou installés, je suis toujours fasciné face au pouvoir qu’ont certains de préférer d’autres grilles de lecture de la situation du pays. C’est le cas de tous ces spécialistes sioux, armés d’un œil de lynx et qui nous ont livré — sans qu’on leur demande vraiment — leur diagnostic docte et savant sur la nature hautement stratégique de la poignée de main échangée par Tebboune et Poutine, au sommet de Berlin. Ces guezzanate, ces voyants et voyantes extralucides lisent non pas dans les lignes de la main, mais dans leur serrage mutuel, l’avenir d’un pays et son essor ou son effondrement. Waouh ! Est-ce qu’il lui a broyé les phalanges ? A-t-il mis l’index dans le prolongement du poignet de l’autre, au dos de la main, comme une prise de possession, un harponnage de son bras, puis de son corps, puis de son âme ? Qui a lâché le premier des deux ? Ce scanner des mimines enchevêtrées acté, les fins limiers « 5 doigts » nous assènent ensuite leur verdict sur l’équilibre dans la région pour les… 5 prochaines années, sur la salinité des eaux du littoral libyen après un bain de minuit de Sarkozy, sur la nécessité de promouvoir très vite la construction de piscines d’eau douce à notre frontière avec ce pays, sur l’aide financière urgente d’Alger à la construction encore plus urgente dans Tripoli d’un musée du pick-up monté d’une tourelle de tir, ou encore sur la prochaine fashion-week de Saint-Pétersbourg qui devrait abriter un défilé de vêtements tendance tripolitaine, avec en guest-star Jean-Paul Gaultier portant une vareuse imprimée du portrait de Kadhafi ! Ah ! Ben oui ! A partir du moment où les liseuses de bonne et de mauvaise aventure se donnent le droit d’interpréter une poignée de main, je ne vois pas pourquoi, moi, je m’interdirais de délirer sur la coopération algéro-russe en matière d’intensification de l’élevage d’esturgeon et du développement intensif de la production de caviar au Cap-Sigli ! À t’mahbil, t’mahbil et demi ! Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.