Rubrique
Pousse avec eux

Plaidoyer pour une uniformisation des boîtes de vitesses !

Publié par Hakim Laâlam
le 16.11.2019 , 11h00
1817 lectures

Une rime avec « hermine » ?

Vermine !

Je suis désolé, mais y a moyen d’en finir avec la justice à deux vitesses ! Celle qui, dans une cour, condamne à de la prison ferme pour port de drapeau amazigh. Et celle qui, dans une autre cour, pourtant distante de quelques mètres, relaxe pour le même chef d’inculpation. Y a possibilité d’uniformiser et d’en finir avec ces « deux vitesses ». D’abord, harmoniser le cahier des charges des usines de montage de voitures. On ne peut plus continuer avec des kits de boîtes de vitesses disparates. Deux vitesses. Trois vitesses. 5 vitesses. Ou carrément boîte automatique. Ça fait désordre, tout ça ! Il faut oser une décision courageuse et qui restera dans les annales des prétoires et salles des pas-perdus. Un seul modèle de boîtes de vitesses, quelle que soit la juridiction ! Quel que soit le trottoir où elle délivre ses oracles. La voilà, la solution ! Enfin… une partie de la solution. Parce qu’il y a aussi l’autre partie à solutionner. Celle des appels. Et là aussi, les solutions existent. Comme d’harmoniser les opérateurs téléphoniques. Mais, bien sûr ! On ne peut plus continuer avec autant d’opérateurs. Mobilis ! Ooredoo ! Djezzy ! Et puis quoi encore ? Orange, peut-être ? Il est normal qu’ensuite, il y ait autant de télescopages et d’incohérences territoriales dans les verdicts. Comme pour la boîte de vitesse unique, il faut un seul et unique opérateur en téléphonie mobile. Attention ! Je ne suis là pour plaider la cause d’un opérateur au détriment des autres. Ou pour faire dans le nationalisme « zoudj sourdi » en exigeant de ne retenir comme seul opérateur que l’historique, Mobilis. Non ! Retenez l’entreprise qu’il vous semblera bon de retenir. Mais faites-le ! Faites-le vite. Faites-le à toute… vitesse, parce que là, ça devient carrément ingérable. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

P. S. : Vous avez terminé la lecture de la chronique ? Bien ! Refermez votre journal, jetez un œil sur votre montre. Il est bientôt midi ? Vous avez encore du temps. Notre rendez-vous est à partir de 13 heures, ce samedi, avenue Abane-Ramdane, à la librairie Multilivres de Tizi-Ouzou. Je vous y attends pour une après-midi de dédicaces de mon recueil de nouvelles intitulé L’homme-carrefour et autres histoires d’un pays impossible  paru aux éditions Frantz Fanon. A vous y voir !
Le Fumeur de Thé

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-12-2019

Après leur condamnation par la justice
Ces biens qui doivent être confisqués à Sellal et Ouyahia

Le procès consacré à l’automobile a permis de lever le voile sur un aspect qui a longtemps alimenté fantasmes et rumeurs populaires : les biens personnels de certains ministres qui ont gouverné des années durant. Au cours

2

Corruption 11:00 | 09-12-2019

DES MOTS POUR LE DIRE
Ouyahia, en 2007, au sujet de la corruption et de la mauvaise gestion

«J’ai un ami, qui est toujours ministre et en poste très important au gouvernement ; lorsque nous parlions de la corruption qui existe au plus haut niveau de l’Etat, il me disait qu’il ne faudrait pas non plus oublier de parler et