Rubrique
Régions

NAÂMA 12 nouveaux minibus pour le transport scolaire

Publié par B. Henine
le 08.12.2018 , 11h00
89 lectures

La wilaya de Naâma vient de se doter d’un nouveau quota de 12 minibus à l’effet de combler les insuffisances dans le domaine du transport scolaire au niveau des communes.
De ce fait, dans une cérémonie de livraison présidée au siège de la wilaya par le chef de l’exécutif et à laquelle ont pris part, outre les P/APC directement concernés par cette nouvelle offre, mais aussi les responsables locaux, M. Mohamed Hadjar a procédé à l’attribution d’un véhicule utilitaire pour chaque commune destiné essentiellement au ramassage des écoliers.
Devenu longtemps le casse-tête des autorités locales, des parents et surtout des élèves, le manque de transport scolaire en serait, nous dit-on, l’une des principales causes de l’échec scolaire et de la déperdition dans la vie des enfants et surtout les fillettes qui sont souvent soumises à l’abandon des cours, une fois l’école pointe à quelques encablures du lieu de résidence.
Par contre, la disponibilité du moyen de transport, des et vers les établissements scolaires, c’est garantir d’abord la chance aux enfants à l’éducation, c’est aussi une contribution à l’amélioration des conditions adéquates, permettant aux élèves une meilleure vie scolaire.
Notons enfin, que d’autres opérations sont prévues prochainement, et ce, pour régler définitivement le problème du transport scolaire au niveau des communes, voire assurer totalement la couverture des zones éparses en matière de scolarisation.
B. Henine

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 20-02-2019

CRITIQUÉ POUR SON SOUTIEN À ALI GHEDIRI
Mokrane Aït Larbi s’explique

Le soutien qu’apporte le célèbre avocat Mokrane Aït Larbi à la candidature de l’ancien général-major Ali Ghediri a généré des critiques, mais

2

Actualités 11:00 | 20-02-2019

CANDIDATURE DE BOUTEFLIKA
La France officielle consent

La France aux commandes a pris acte sans réserve de la candidature de Bouteflika. Une option à laquelle elle était déjà préparée alors que des critiques particulièrement virulentes sont émises dans les milieux médiatiques et les faiseurs d’opinions. A Alger, le personnel diplomatique en place scrute à la loupe les nouveaux