Rubrique
Régions

Guelma 2 190 policiers mobilisés pour le Ramadhan

Publié par Noureddine Guergour
le 16.05.2018 , 11h00
99 lectures
Davantage de moyens pour assurer la sécurité du citoyen durant le Ramadhan, notamment dans les quartiers difficiles et une «stratégie» plus proche de la population, pendant tout ce mois sacré : M. A. Chouder, chef de sûreté de wilaya de Guelma, a dévoilé hier «le plan d’action qui sera mis en place à partir du premier jour du Ramadhan».
Le premier responsable de la police confirme que 2 190 policiers seront mobilisés pour la circonstance. Il a exposé devant la presse locale «la mission de tous ses services durant ce mois de piété».
Proclamant un «état d’esprit» en faveur de l’accompagnement et l’écoute du citoyen, le chef de la police de Guelma évoque ainsi l’intense présence des services d’ordre à travers les coins sensibles de la ville, à savoir les boulevards Souidani-Boudjemaâ et 1er-novembre ainsi que le marché du boulevard du volontariat.
Le chef de sûreté de wilaya entend étendre la mesure à la cité Guehdour-Tahar, un quartier emblématique, sur les hauteurs de la ville de Guelma et qui attire particulièrement les familles, après le f’tour. Il est question aussi d’apaiser la tension parfois tendue entre automobilistes, en particulier les jeunes. M. Chouder a annoncé, en outre, qu’un renfort est prévu «pour organiser le dense trafic automobile au niveau des axes routiers névralgiques, et autour des mosquées pendant les prières des Taraouih».
Noureddine Guergour

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 13-10-2018

AFFAIRE BOUHADJA
Ce qui irrite Abdelaziz Bouteflika

Le président de l'Assemblée populaire nationale irrite au plus haut point le patron d'El Mouradia. Selon une source sûre, l'entourage de Abdelaziz Bouteflika est d'autant plus remonté contre Saïd Bouhadja que, «nous détenons des éléments sûrs que nous

2

Actualités 11:00 | 13-10-2018

ÉVÉNEMENTS DU 5 OCTOBRE 1988
Hanoune répond à Ouyahia

La réponse de Louisa Hanoune à Ahmed Ouyahia ne s’est pas fait attendre. Au premier ministre qui affirmait que les événements du 5 Octobre 1988 avaient mené le pays à l’anarchie, la secrétaire générale du parti des travailleurs répond que c’est faux. Elle appelle