Rubrique
Régions

Brèves de Tlemcen 400 logements à Imama : pas une goutte d’eau le jour de l’Aïd

Publié par M. Zenasni
le 14.08.2019 , 11h00
67 lectures
Les habitants de la cité des 400 logements se souviendront longtemps de la fête de l’aïd de cette année. on sait depuis longtemps que la crise sévit un peu partout, mais priver d’eau les gens le jour de l’aïd, relève un peu de la provocation. La tradition veut que le mouton soit sacrifié tout juste après la prière, à environ 8h30. C’est ce qu’ont fait la plupart des gens, sauf, que sans eau, il est impossible de dépécer la bête. Dans toute la cité, il n’y avait pas une seule goûte d’eau. Pour une fois le manque a fait basculer une tradition, car il fallait attendre l’après-midi aux environs de 17h pour voir l’eau couler dans les robinets ; du jamais vu même pendant les pires moments de la sécheresse . Aux 400 logements, la fête de l’aïd s’est passée dans de très mauvaises conditions et les citoyens ne comptent pas s’arrêter là. Ironie du sort, alors que le manque d’eau se faisait cruellement sentir dans les foyers, d’importantes quantités d’eau provenant de multiples fuites se perdaient dans la nature.
M. Zenasni

La saleté comme décor à Mansourah
Cette commune qui, jadis, était un vrai éden naturel par ses vergers, ses champs d’oliviers, est en train de dépérir, à Imama et ses environs, qui constituent le noyau de cette commune, il y a un laisser-aller flagrant, tant la saleté est partout. Toujours aux 400 logements et à Hay el-Badr, les ordures s’entassent au quotidien et forment une véritable déchetterie, qui nuit au paysage et à la santé publique. Les éboueurs ne viennent qu’une ou deux fois par semaine et évidemment ,devant la quantité d’ordures, ils ne se cassent pas la tête, ils y mettent le feu et repartent tranquillement.
l’incinération des ordures est interdite et nuit à la santé. Là aussi, des citoyens comptent porter plainte, contre le danger qui les menace. Un père de famille est obligé de fermer toutes les fenêtres au passage des éboueurs et pour cause, son fils en bas âge est atteint d’insuffisance respiratoire.
Nos braves éboueurs innovent, pour faire vite, ils ont trouvé la solution finale : l’incinération.
M. Z.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-10-2019

Aéroport d’Alger, sécurité routière, marchés de gré à gré
Les décisions d’urgence de Bedoui

Un contrat à résilier, deux projets de décrets exécutifs à examiner et à débattre, et six projets de marchés de gré à gré simple à valider. Ce sont autant de dossiers traités mercredi dernier, lors de la réunion du gouvernement, tenue

2

Périscoop 11:00 | 13-10-2019

Détenus «pudiques»

Certains «hôtes de marque» de la prison d’El-Harrach auraient demandé à leurs parents de ne plus venir les voir, rapportent des avocats. Ces anciens hauts dignitaires