Rubrique
Régions

SIDI-BEL-ABBÈS 62e anniversaire de l’exécution du chahid Boumelik Abdelkader

Publié par A. M.
le 06.12.2018 , 11h00
39 lectures
Le 4 décembre 1956, fut guillotiné le chahid Boumelik Abdelkader à Oran. Un événement douloureux qu’a tenu à marquer lors d’une cérémonie solennelle l’Association nationale du flambeau du chahid au niveau de l’Institut de formation professionnelle «Sanhadri- Abdelhafid» en présence du wali, de la famille révolutionnaire, de la famille du chahid, d’étudiants et d’autres invités. Boumelik Abdelkader, un enfant de la ville de Sidi-Bel-Abbès a eu un parcours révolutionnaire lors de la guerre d’Algérie qui a marqué la mémoire des Bélabesiens et au-delà des frontières. Il a quitté les bancs de l’école très jeune pour aller faire des petits boulots lorsque l’idée de rejoindre le maquis a germé dans sa tête. Il est allé rejoindre les révolutionnaires en 1954 et il devint grâce à sa bravoure et son amour pour sa patrie «chef des fidaïs». Il se distingua par son esprit de stratège qui porta de sérieux coups à l’occupant français. Malheureusement, il fut arrêté en novembre 1955 et incarcéré dans les geôles françaises à Oran. Jugé, il a été condamné à 20 ans de prison. Il se pourvoit en cassation et un arrêt plus grave lui a été réservé. Il sera condamné à la guillotine et il sera exécuté le 4 décembre 1956 à Oran. Les témoignages de sa bravoure très nombreux lui valurent des distinctions posthumes. C’est le grand musée du Moudjahid de Sidi-Bel-Abbès et le faubourg où il est né qui portent son nom pour l’immortaliser à jamais dans la mémoire collective.
A. M.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 08-12-2018

Le niet de Ammar Saâdani

L’ancien SG du FLN, Ammar Saâdani, ne compte pas répondre à l’invitation que lui a adressée le nouveau coordinateur de l’instance dirigeante du parti, Moad Bouchareb, c’est ce qu’affirment des proches de Saâdani, même si

2

Périscoop 11:00 | 09-12-2018

Une garde rapprochée pour Belkhadem

Depuis une semaine, Abdelaziz Belkhadem bénéficie d’une garde rapprochée et d’un véhicule de service. Il faut dire que jusqu’ici, ces moyens lui avaient été retirés au lendemain de son éviction du poste de secrétaire