Rubrique
Régions

SIDI-BEL-ABBÈS 62e anniversaire de l’exécution du chahid Boumelik Abdelkader

Publié par A. M.
le 06.12.2018 , 11h00
40 lectures
Le 4 décembre 1956, fut guillotiné le chahid Boumelik Abdelkader à Oran. Un événement douloureux qu’a tenu à marquer lors d’une cérémonie solennelle l’Association nationale du flambeau du chahid au niveau de l’Institut de formation professionnelle «Sanhadri- Abdelhafid» en présence du wali, de la famille révolutionnaire, de la famille du chahid, d’étudiants et d’autres invités. Boumelik Abdelkader, un enfant de la ville de Sidi-Bel-Abbès a eu un parcours révolutionnaire lors de la guerre d’Algérie qui a marqué la mémoire des Bélabesiens et au-delà des frontières. Il a quitté les bancs de l’école très jeune pour aller faire des petits boulots lorsque l’idée de rejoindre le maquis a germé dans sa tête. Il est allé rejoindre les révolutionnaires en 1954 et il devint grâce à sa bravoure et son amour pour sa patrie «chef des fidaïs». Il se distingua par son esprit de stratège qui porta de sérieux coups à l’occupant français. Malheureusement, il fut arrêté en novembre 1955 et incarcéré dans les geôles françaises à Oran. Jugé, il a été condamné à 20 ans de prison. Il se pourvoit en cassation et un arrêt plus grave lui a été réservé. Il sera condamné à la guillotine et il sera exécuté le 4 décembre 1956 à Oran. Les témoignages de sa bravoure très nombreux lui valurent des distinctions posthumes. C’est le grand musée du Moudjahid de Sidi-Bel-Abbès et le faubourg où il est né qui portent son nom pour l’immortaliser à jamais dans la mémoire collective.
A. M.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 20-02-2019

CRITIQUÉ POUR SON SOUTIEN À ALI GHEDIRI
Mokrane Aït Larbi s’explique

Le soutien qu’apporte le célèbre avocat Mokrane Aït Larbi à la candidature de l’ancien général-major Ali Ghediri a généré des critiques, mais

2

Actualités 11:00 | 20-02-2019

CANDIDATURE DE BOUTEFLIKA
La France officielle consent

La France aux commandes a pris acte sans réserve de la candidature de Bouteflika. Une option à laquelle elle était déjà préparée alors que des critiques particulièrement virulentes sont émises dans les milieux médiatiques et les faiseurs d’opinions. A Alger, le personnel diplomatique en place scrute à la loupe les nouveaux