Rubrique
Régions

BOUMERDÈS Augmentation des cas d’intoxications alimentaires

Publié par Abachi L.
le 11.07.2019 , 11h00
126 lectures

Selon les statistiques que nous a communiquées le chef de service Qualité et répression des fraudes, auprès de la Direction du commerce de la wilaya de Boumerdès (DCWB), durant les premiers six mois de l’année 2019, les cas d’intoxications alimentaires ont augmenté de 282% par rapport aux statistiques de 2018. 

Selon notre interlocuteur, les autorités de la wilaya de Boumerdès ont enregistré durant toute l’année 2018, 92 cas d’intoxications alimentaires. Au premier semestre 2019, ce nombre a fait  un bond de 282% pour atteindre 260 cas. Il est également supérieur au nombre de 237 cas recensés durant  2017. 
Rappelons, par ailleurs, que lorsqu’on parle de cas, cela ne concerne pas une personne, mais un groupe, une famille, une collectivité,… qui peut comprendre plusieurs dizaines d’individus. Paradoxalement, c’est dans la partie est de la wilaya que le plus grand nombre de cas a été relevé. Fort heureusement jusqu’à ce jour, aucun décès n’est déploré rassure le chef de service de la DCWB.  
Dans la majorité des cas, c’est lors des fêtes familiales que le plus grand nombre d’intoxiqués a été relevé. Il y a également la rupture de la chaîne de froid qui n’est pas respectée, le manque d’hygiène corporelle, la consommation d’eau de puits non traitée ou tout simplement la malhonnêteté des commerçants qui écoulent des produits impropres à la consommation. 
C’est le cas d’un commerçant qui a vendu des brioches fourrées à la crème impropres à la consommation qui ont empoisonné 7 personnes. 
140 autres personnes ont été  intoxiquées après avoir consommé de l’eau d’un  puits non traitée.
«La responsabilité du consommateur est engagée. Il ne doit jamais  baisser sa vigilance sur ce qu’il consomme», commente Gahanam, le chef de service. Et les unités de production agroalimentaire de la région dans tout ça ? « Dans ce secteur, il y a des professionnels et il y a des bricoleurs», dira-t-il. 
Selon lui, plus d’une centaine d’unités de production fonctionnent dans la région de Boumerdès comprenant notamment 25 unités de production de boissons, 15 laiteries et fromageries, 20 confiseries et gâteaux, 3 transformations de viandes (cachir), 5 minoteries ainsi que 180 unités de conditionnement. Avec les grossistes et les détaillants, les fonctionnaires de la Direction du commerce ont du monde à contrôler.

Difficultés de contrôle
et BHC neutralisés
A noter que la conjoncture politique du pays rend de jour en jour les contrôles de l’hygiène et de la qualité des produits vendus aux algériens très difficile. «Parfois, il nous est impossible de faire notre travail. Nous sommes agressés. Souvent, sans la présence des services de sécurité, il nous est impossible de réaliser la tâche qui nous incombe». A cela s’ajoute la paralysie des bureaux d’hygiène communale (BHC) qui devraient être d’un énorme apport dans la protection des consommateurs que nous sommes. Ces bureaux, marginalisés par les collectivités locales, manquent terriblement de moyens matériels et humains.
Abachi L.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 18-09-2019

2 EX-PREMIERS MINISTRE, 14 ANCIENS MINISTRES, DES WALIS, 3 P-DG DE BANQUE ET 12 HOMMES D’AFFAIRES Y SÉJOURNENT
La prison d’El-Harrach s’adapte à ses nouveaux pensionnaires

L’afflux important de nouveaux détenus au pénitencier d’El-Harrach a contraint les autorités compétentes à procéder à des réaménagements et à la prise de décisions qu’impose désormais la nouvelle situation. Une situation incroyable, difficile à imaginer quelques mois auparavant et qui fait par conséquent peser une très grosse

2

Périscoop 11:00 | 17-09-2019

Le train rapide Annaba – Tébessa ne sifflera pas

Il y a quelque temps, le ministre des Transports a inauguré la ligne ferroviaire Annaba – Tébessa, avec une locomotive neuve pouvant atteindre la vitesse de 160 km/h. Il se trouve que le train