Rubrique
Régions

Relizane Dangereuse détérioration de la route nationale 23

Publié par A. Rahmane
le 03.12.2019 , 11h00
34 lectures

Des automobilistes se sont plaints de la détérioration de l’état de la route nationale 23, reliant Zemmoura à la commune de Sidi Lazreg.
A cet endroit, les pneus des véhicules risquent à chaque passage de crever à cause des nids-de-poule et de la détérioration du réseau routier qui n’a pas été réparé depuis plusieurs mois, malgré l’instruction donnée par le ministre des Travaux publics lors de la récente visite effectuée dans la wilaya de Relizane. 
Ces conducteurs insistent sur la gravité de ces grandes fosses au beau milieu de la route, reliant la wilaya de Relizane à celle de Tiaret, un tronçon qui connaît tous les jours une circulation dense. Les autorités concernées n’ont pas daigné, à ce jour, se pencher sur ce problème.  
Certains de ces automobilistes ont déclaré qu’ils ont évité plusieurs accidents en cet endroit précis, tandis qu’un autre citoyen dont la voiture a dérapé, a failli se retrouver plus bas, sur la route qui lui est adjacente du côté droit. D’autres automobilistes ont déclaré que l’état de la route s’est détérioré jusqu’à la partie inférieure du rond-point de Zemmoura, alors qu’elle connaît un important trafic de véhicules et de piétons tout le long de la journée, surtout de la part des élèves des zones reculées, les habitants du quartier et les gens se dirigeant vers le centre-ville de Zemmoura. Les services compétents ont, d’ailleurs, effectué les travaux de bitumage dernièrement en attendant la réfection de ce tronçon.
A. Rahmane

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 08-12-2019

Emin auto :
«Bouchouareb demandait de l’argent pour régler notre situation»

Les représentants de la société Emin auto font, eux aussi, partie des témoins de la partie civile ayant accablé Bouchouareb et les deux anciens Premiers ministres incarcérés. «Nous avons déposé notre dossier en 2015, témoignent ses