Rubrique
Régions

Bouira Dans de bonnes conditions, mais…

Publié par Yazid Yahiaoui
le 08.09.2018 , 11h00
42 lectures
Comme il fallait s’y attendre, cette année, la rentrée scolaire a revêtu un caractère exceptionnel tant l’épidémie de choléra était passée par là. Depuis plusieurs jours, des instructions tant de la part du ministère de l’Education nationale que de l’Intérieur, de l'Environnement et de la santé et de la population, ont été données pour engager une vaste campagne de nettoyage de notre environnement immédiat.
Et c’est parce que la rentrée scolaire était à nos portes, toutes les actions de nettoyage ont été axées sur les établissements scolaires.
A Bouira, les autorités de la wilaya, à commencer par le wali, se sont toutes focalisées sur cette opération de nettoyage des établissements scolaires existants sur le territoire de la wilaya. Des campagnes de nettoyage ont été menées un peu partout à travers les 45 communes et les 725 établissements des trois paliers de l’éducation qui devaient accueillir au total quelque 179 747 élèves.
Cependant, alors que le wali et le directeur de l’éducation donnaient le coup d’envoi à partir du lycée de Maâla, à 50 kilomètres au nord-ouest de Bouira, des parents d’élèves qui accompagnaient hier matin, en ce premier jour de la rentrée scolaire, leur progéniture vers l’école primaire Ahmed Boussandala, du quartier Ouled Bouchia au sud de Bouira dans le chef-lieu de wilaya, ont été stupéfaits de découvrir l'état de délabrement de cette école qui, selon les dires de certains présents, «accueille les élèves et les parents avec une odeur insupportable qui se dégage depuis les sanitaires qui sont attenants au portail principal et dont les conditions d’hygiène sont quasi inexistantes».
Sur place, les parents ont constaté l’abandon dans lequel se trouvait cette école. un sit-in de protestation a été improvisé dans l’espoir d’attirer l'attention des pouvoirs afin d'affecter immédiatement des agents de sécurité et d’entretien. Les parents présents ont demandé l'intervention du wali pour que «l'école, dans laquelle leurs enfants suivent leur scolarité, soit digne d’un lieu de savoir où les enfants sont sensés apprendre et non attraper des maladies», diront-ils.
Cependant, après la découverte de cette malheureuse situation, aucun responsable n'a assumé publiquement sa défaillance. L’APC de Bouira, à qui incombe l’entretien des écoles primaires, n’arrive toujours pas à expliquer comment cette école a ouvert ses portes dans de telles conditions, alors que l’heure est grave et que les pouvoirs publics ont tous insisté sur la nécessité de mettre tout en œuvre afin que la rentrée scolaire se fasse dans de meilleures conditions pédagogiques mais surtout d’hygiène.
Y. Y.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 19-09-2018

Les portables de l’aéroport

Lors d’un contrôle à travers le scanner mixte douane-police de l’aéroport Houari-Boumediène, des passagers ont été interpellés pour introduction frauduleuse de téléphones portables. Les deux voyageurs en provenance

2

Soit dit en passant 11:00 | 20-09-2018

Tous ont combattu ! Qui a trahi ?

Est-ce que l’une ou l’un d’entre vous comprend par quel miracle l’Algérie continue à nous

3

Actualités 11:00 | 22-09-2018

ALGER-PARIS

Nouvelles tensions diplomatiques

4

Actualités 11:00 | 19-09-2018

STAFF DE OUYAHIA

Absence de cohésion

5

Actualités 11:00 | 23-09-2018

ALGÉRIE-FRANCE

Les clefs de cette nouvelle crise