Rubrique
Régions

TIPASA Des facilitations pour les investisseurs et promoteurs touristiques

Publié par Houari Larbi
le 17.01.2019 , 11h01
122 lectures

Selon un communiqué de la Wilaya de Tipasa, lors de la rencontre du wali de Tipasa avec les investisseurs du tourisme, des mises en demeure ont été lancées en direction des investisseurs retardataires.
En effet, il s’agit de la première rencontre d’évaluation avec 18 investisseurs dans le secteur du tourisme et des aires de services qui a été initiée au siège de la Wilaya par le  wali de Tipasa, M. Mohamed Bouchemma, apprend-on.
Selon le communiqué, l’objectif de cette rencontre était  de dresser un état des lieux des investissements privés dans ce secteur stratégique où figurent en bonne place les priorités de la wilaya, sachant que le tourisme est un élément majeur qui participe à la dynamique du développement local.   
Dans son introduction,  le wali a précisé que les services de la Wilaya accordent des facilitations pour accompagner les investisseurs sur le plan administratif et permettre d’assainir tout litige ou problème susceptible d’entraver le lancement des projets afin de permettre également aux investisseurs de s’engager pleinement dans leurs projets.
Mais au-delà de ces initiatives, le wali s’interroge sur la réalité du terrain. «Je suis surpris de constater le peu d’empressement de nos investisseurs à concrétiser leurs projets dans ce secteur pourvoyeur de richesses, en laissant en friche ces terrains  qui leur ont été affectés depuis plus de 5 ans alors que nous enregistrons plus de 5 000 demandes d’investissement en instance tous secteurs confondus»,a  déclaré le wali  à l’adresse des investisseurs.
Dans la zone d’équipement de Tipasa où il est prévu la construction de cinq hôtels, les investisseurs qui disposent des décisions de concession et des permis de construire n’ont pas encore entamé leurs travaux arguant du fait de l’existence d’une nappe phréatique qui bloquerait la réalisation de ces projets. Le wali a rétorqué à ce titre  «que  des  solutions  techniques existent pour toutes les contraintes que recèle le sol et qu’il est hors de question de délocaliser leurs projets vers des terres agricoles d’autant plus que dans notre wilaya, nous ne disposons que de 35% de surfaces constructibles, le reste est constitué de terres agricoles, de sites archéologiques et autres zones non constructibles», a-t-il précisé en invitant les investisseurs qui n’ont pas la volonté de réaliser leurs projets de se désister de ces terrains et seront prioritaires pour investir ailleurs, notamment  dans les  ZET qui seront dotées de plans d’aménagement touristique (PAT) prochainement.
Les six gérants des aires de services ont été également mis en demeure afin de se soumettre à un calendrier précis pour l’achèvement de leurs chantiers et la mise en exploitation de ces relais routiers en mettant l’accent sur la réalisation des motels. A ce titre, le responsable de l’exécutif a enjoint ses services de «ne pas délivrer de certificat de conformité partiel tant que l’investisseur n’aura pas terminé la totalité de son projet conformément au plan d’architecture», précise le communiqué de la Wilaya.
Houari Larbi  

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 15-08-2019

LES RÉVÉLATIONS DE Me FAROUK KSENTINI
Comment Ould Abbès a été mis en prison

Les jours qui passent lèvent progressivement le voile sur les incroyables affaires anti-corruption qui se succèdent. Celle qui concerne Djamel Ould Abbès nous est révélée ici par son avocat. Me Farouk Ksentini tient, de prime abord, à s’expliquer : «Je n’accuse pas, je ne condamne pas, je relate uniquement ce qui s’est passé.» Tout commence à la mi-juin dernier, lorsque la justice fait parvenir

2

Actualités 11:00 | 13-08-2019

Campagne électorale de Bouteflika
La «chkara» au cœur de l’enquête

Les enquêtes judiciaires en cours ont permis de collecter des preuves accablantes sur les méthodes utilisées par les Bouteflika dans le cadre du financement de la campagne électorale pour le cinquième mandat. Les éléments récoltés ont aussi et surtout permis