Rubrique
Régions

Folle nuit à Bouira

Publié par Yazid Yahiaoui
le 21.07.2019 , 11h00
53 lectures

Encore une fois, la magie du football a fait son effet sur tout un peuple. Un peuple dont le cœur vibrait comme un seul homme pendant cette nuit inoubliable d’avant-hier à l’occasion de la finale de  la Coupe d’Afrique remportée vaillamment par notre Onze national face aux redoutables Lions de la Teranga. 
Une victoire d’autant plus méritée au regard du parcours sans faute des coéquipiers de Riyad Mahrez. 
Et c’est parce que cette victoire finale a été trop longue à se dessiner tant les Guedioura, Mandi et autres Belamri subissaient durant presque toute la partie les assauts des Sénégalais qui sont passés à plusieurs reprises à côté d’une égalisation, l’explosion de joie, au coup de sifflet final, était tout simplement extraordinaire. 
Et comme seul le peuple algérien sait le faire, la célébration de ce sacre a été à la hauteur de l’événement : pendant toute la nuit, du moins à Bouira, aucune famille n’était restée à la maison. Toutes les rues étaient bondées, les routes envahies par des milliers de véhicules avec des klaxons et des chansons à la gloire de notre équipe nationale ; les places publiques accueillaient des centaines de familles et des groupes de jeunes qui s’adonnaient à cœur joie à la danse encouragés par des youyous des femmes et même des jeunes filles . Le tout agrémenté par des fumigènes et autres feux d’artifice, qui éclairaient le ciel . 
En somme , la fête était totale et les milliers de Bouiris ont veillé presque toute la nuit comme pour immortaliser ces moments, ces rares moments de joie et de communion. 
Sacré football ! Sacré sport qui sème la joie dans nos cœurs !
Y. Y.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 03-12-2019

Débarquement diplomatique chez Mihoubi

Le candidat du RND à la présidentielle du 12 décembre prochain Azzedine Mihoubi consacrera la journée d’aujourd’hui, mardi, à une série d’audiences qu’il prévoit avec de nombreux ambassadeurs. Entre autres, les ambassadeurs

2

Actualités 11:00 | 05-12-2019

Sellal au juge :
«J’ai signé sans savoir ce que je signais»

Second arrivé à la barre, Abdelmalek Sellal a répondu à toutes les questions qui lui étaient posées d’une voix inaudible. Contrairement à Ouyahia, son audition a duré moins de temps. Elle a porté sur les avantages accordés aux hommes d’affaires dans l’automobile mais également le financement occulte de la campagne électorale de Abdelaziz Bouteflika.