Rubrique
Régions

TIPASA Formation aux risques et aux dangers du diabète

Publié par Houari Larbi
le 19.11.2019 , 11h00
67 lectures

La Direction de la santé de la wilaya de Tipasa a organisé, récemment, une journée de formation et d’information au profit des journalistes et des correspondants de presse, dans le cadre de la journée mondiale du Diabète.
Cet évènement, organisé au sein de la salle des conférences de Tipasa, a regroupé un panel de professeurs et de spécialistes en médecine et a porté sur des thèmes divers liés aux maladies du diabète. Cet événement est axé sur des conférences, exposés et études, avec la participation du bureau de l’Organisation mondiale de la santé, en Algérie. L’ouverture des conférences a démarré avec l’exposé sur les statistiques du diabète au profit des journalistes. Le thème « Diabète et obésité » a été animé par B. Abdelkrim, suivi par un exposé relatif aux études statistiques présenté par le Dr Nadhir Djamila. 
Un autre exposé portant sur l’origine du diabète et ses relations avec les milieux spatial et social a été animé par le Dr Kadri.
Quant au professeur Semrouni, son intervention a porté sur les généralités spécifiques au diabète. Le Dr Abrouk a, quant à lui , axé son intervention sur l’équilibre de la moyenne poids/obésité. Les professeurs Zekri et Malek ont axé, quant à eux , leur exposé sur les effets nocifs des maladies du diabète et les maladies cardio-vasculaires, « des tueurs silencieux », les ont-ils qualifiées.
Houari Larbi

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 08-12-2019

Emin auto :
«Bouchouareb demandait de l’argent pour régler notre situation»

Les représentants de la société Emin auto font, eux aussi, partie des témoins de la partie civile ayant accablé Bouchouareb et les deux anciens Premiers ministres incarcérés. «Nous avons déposé notre dossier en 2015, témoignent ses