Rubrique
Régions

AÏN DEFLA La Direction des forêts ouvre une école de formation des chasseurs

Publié par Karim. O.
le 02.09.2018 , 11h00
54 lectures
La chasse à la perdrix, au canard sauvage, à la caille, au lièvre entre autres gibiers n'est devenue plus qu'un souvenir dans la mémoire des personnes qui l'ont pratiquée pendant toute une partie de leur vie, et qui maintenant ont atteint le 3e et le 4e âge, les mordus de ce sport et qui continuent à revivre les souvenirs d'une époque qu'ils ressentent comme très lointaine comme celle d'un autre âge.
Il semble que ce sport, privilégié au grand air dans les nombreux massifs forestiers au nord comme au sud de la wilaya, revient à l'honneur puisque des jeunes reprennent le flambeau.
La Fédération des chasseurs est née depuis quelques années mais la chasse avec les restrictions qu'on connaît n'en est qu'à ses balbutiements.
Beaucoup de choses ont changé telles que les zones de chasse et leurs limites, et la réglementation aussi. On se rappelle qu'il fut un temps où il suffisait d'avoir un permis de chasse et une carte d'adhésion à une association pour s'adonner à ce sport, très bénéfique pour la santé.
Certes, le permis de chasse est toujours en vigueur mais la réglementation a changé. Selon nos informations, maintenant l'obtention de ce permis est conditionnée par le préalable d'une formation. Cette formation vient d'être lancée par la Direction des forêts en collaboration avec celle de l'environnement. Elle comprend un cycle d'information sur la localisation des zones de chasse, le respect des périodes de chasse, le type de gibier à chasser selon la période, le maniement et la connaissance des armes de chasse, le respect de l'environnement, les méthodes de chasse et surtout les règles de prévention contre les accident surtout quand la chasse se pratique en groupes, tels sont entre autres les enseignements que dispensent les cadres des deux secteurs concernés.
Jeudi dernier, ces deux secteurs ont organisé la première réunion de formation au niveau de la Bibliothèque communale de Aïn Defla.
On indique que l'objectif assigné à cette école comprend un programme pour la formation de 600 chasseurs. La première promotion qui vient d'être mise sur pied comprend 40 candidats.
Si selon des personnes vivant dans le monde rural, le gibier foisonne, on note que le braconnage fait des ravages. En effet, il n'est pas rare de voir étalé dans des corbeilles sur les marchés informels des œufs de caille, de perdrix, de canards sauvages, de poules d'eau qui se vendent pour être... consommés, et ce, au vu et au su de tout le monde sans qu'aucune autorité intervienne, hélas.
Karim O.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 22-09-2018

ALGER-PARIS
Nouvelles tensions diplomatiques

Irritée par les comportements de Paris, Alger a, à l'évidence, décidé de ne plus rester les bras croisés. Entre les deux capitales, la tension est désormais très perceptible, et l'Algérie est quant à elle bien décidée à crever l'abcès lors de la réunion de la Comefa qui

2

Actualités 11:00 | 23-09-2018

ALGÉRIE-FRANCE
Les clefs de cette nouvelle crise

Même si elle ne s’exprime pas encore officiellement, la colère gronde à Alger en raison des récents évènements survenus avec Paris. Le retrait des policiers chargés de la surveillance de notre représentation en France et les «révélations» de l’ancien ambassadeur français en Algérie ont jeté un froid sans précédent et soulevé un certain nombre d’interrogations. Dans ce contexte, la sortie médiatique de Bernard Bajolet est perçue comme l’un des faits les plus retentissants compte tenu de la quantité