Rubrique
Régions

M'sila La mosquée Nasr inaugurée après 30 ans de travaux

Publié par A. Laïdi
le 13.03.2018 , 11h00
324 lectures

Après plus de 30 ans de travaux, enfin la mosquée de la cité Nasr des 1 000 logements de M'sila a ouvert ses portes, hier, aux fidèles pour accomplir la première prière de Dohr, en présence du ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, M. Mohamed Aïssa, en visite de travail de deux jours dans la wilaya de M'sila, qui a inauguré ce lieu de culte d'une grande envergure, bâtie en R+2, sur une superficie globale de plus de 4 600 m2.
A signaler que les autorités ont voulu mettre seulement la salle de prière répartie sur un périmètre de 2 400 m2 en service achevée à 90%,cependant les travaux sont en cours pour le reste des éléments qui constituent la mosquée, composée d'une salle d'ablutions de 660 m2 d'une capacité de 300 individus, la salle de prière au rez-de-chaussée d'une capacité de 6 400 fidèles pour accomplir l'une des cinq prières de la journée, le 1er étage est d'une capacité de 2 269 personnes et le 2e étage réservé aux femmes pouvant contenir la même capacité.
Cette mosquée est composée d'une école coranique de cinq classes, de douches, un vide sanitaire, une salle de conférences, des salles d'exposition, une bibliothèque et les bureaux administratifs le tout d'une surface de 1 400 m2 comme elle comporte deux logements de
fonction ; un projet qui a pu consommer le montant de 171 500 000,00 DA de la caisse de l'Etat et 141 543 994,00 DA de la poche des âmes charitables, selon la fiche technique présentée au ministre,sans parler des dons constitués de matériaux de construction.
L'inauguration de cette mosquée a connu une bonne affluence venue de toute la wilaya et des wilayas limitrophes pour assister à la mise en service de ce chef-d’œuvre portant l'architecture de la grande mosquée bleue de Turquie ayant l'aspect de Tadj Mahal en Inde, notamment avec la grande superficie de son esplanade.
Le ministre des Affaires religieuses a assisté dans la matinée de cette 1re journée de visite au forum national dans sa deuxième édition organisée à l'université Mohamed-Boudiaf de M'sila portant le thème «l'éducation spirituelle et son impact dans la préservation de la cohésion sociale et la promotion du sens civique».
En cette occasion, le ministre M. Aïssa a parlé longuement sur l'appartenance religieuse et spirituelle de la communauté algérienne qui n'a d'autres théologies que la doctrine de la sunna selon le rite malékite, juste pour unir la référence religieuse et regrouper la population autour d’un seul mot et d’une seule idée,comme l'a été toujours durant la guerre de libération a-t-il dit ; afin de faire face à ceux qui veulent changer les traditions et le rite des Algériens voulant semer la zizanie et le doute pour pouvoir diviser la société,avant d'honorer la famille du cheikh Tahar Seraïche, docteur en sciences islamiques, enseignant à l'université Mohamed-Boudiaf et imam à la mosquée de Chebilia à M'sila ; décédé voilà deux mois en offrant un voyage aux lieux saints à ses parents et l'un de ses enfants pour accomplir une Omra.
Dans l'après-midi, le ministre est allé s'enquérir de quelques projets dans les communes de Maâdhid et Ouled-Derradj comme il a visité la Kalaâ de Beni-Hammad avant de procéder et assister à un mariage collectif organisé dans une grande ambiance par l'association «souboul el kheïrat» (voies de bienfaisance) à la salle de culture Guenfoud-El Hamlaoui de M'sila.
A. Laïdi

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 14-06-2018

Madjer s’accroche

Selon des indiscrétions, l’actuel entraîneur national Rabah Madjer aurait fait savoir à ses proches son intention de ne pas démissionner de son poste. Malgré les résultats médiocres et le fait qu’une large partie de

2

Actualités 11:00 | 14-06-2018

«AFFAIRE DES PESTICIDES»
Lourdes pressions sur les exportations

«L’affaire des pesticides» prend désormais une tournure aux relents politiques. Aux voies officielles qui se sont déjà exprimées sur le sujet, d’autres spécialistes sont montés au créneau pour dénoncer une «tentative de déstabilisation» du secteur de l’agriculture.