Rubrique
Régions

Bouira La population d’Ath Leksar exige l'achèvement du projet de la polyclinique

Publié par Yazid Yahiaoui
le 19.02.2019 , 11h00
54 lectures

C’est un signal très fort que la population d’Ath Leksar, commune située à 20 kilomètres au sud-est de Bouira, a lancé hier à travers l’action entreprise pour faire entendre sa voix et exiger des pouvoirs publics la reprise immédiate du projet de réalisation d’une polyclinique au niveau de ce chef-lieu communal. 
Suite à un appel lancé par le mouvement associatif de la commune qui regroupe toutes les associations activant sur le territoire de la commune, la population a répondu d’une manière unanime à la grève générale pour protester contre le retard mis dans l’achèvement du projet de réalisation d’une polyclinique. 
Une polyclinique inscrite selon les citoyens rencontrés sur place, depuis 2010 mais jamais achevée. En 2015, après la levée du blocage des projets suite à la crise de 2014, les citoyens croyaient que le projet allait, enfin, être achevé. Mais, sitôt le projet confié à une autre entreprise après la résiliation du contrat avec la première qui a avancé à hauteur de 40% dans les travaux, la nouvelle entreprise a exigé la révision des prix et la réévaluation de l’enveloppe initiale allouée au projet. 
Et depuis 2016, l’entreprise attend la réponse de la part des responsables de la wilaya pour pouvoir relancer le projet. 
Aussi, hier matin, alors que la grève générale était suivie à 100% , lors du rassemblement tenu au niveau de la place publique qui fait face au siège de l'APC, les organisateurs de cette action, ont tenu à rappeler l’historique de ce projet et les tergiversations des responsables qui sont derrière ce retard à répétition. 
A la fin du rassemblement où plusieurs jeunes ont pris la parole, il a été décidé de dépêcher une délégation pour rencontrer le wali de Bouira et lui exprimer leur colère quant à ce retard dans la réalisation de la polyclinique dont a besoin la population de la commune et même celle de la commune voisine, Ouled Rached, qui comptent  plus de 30 000 âmes. C’est dire combien la population attend cette polyclinique puisque, jusqu'à présent, les malades sont obligés de parcourir une dizaine de kilomètres sinon plus, pour une simple consultation médicale. 
Cela étant, rappelons que le wali de Bouira, Limani Mustapha a eu à s’exprimer à travers les ondes de radio Bouira au début de cette semaine sur le problème des projets en souffrance au niveau du secteur de la santé. À ce sujet d’ailleurs, il dira qu’une commission ministérielle est actuellement à Bouira pour faire le point sur les différents projets à l’arrêt et les causes de ces retards dans leur réalisation. 
En tout cas, au niveau de la commune d’Ath Leksar, l’action d’hier, a été un grand moment de mobilisation mais également de civisme puisque, malgré la sensibilité du sujet et la colère qui couvait chez beaucoup de citoyens mécontents par ce retard, aucun incident n’a été signalé. 
Y. Y.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 21-03-2019

SITUATION POLITIQUE
L’après-Bouteflika a déjà commencé

L’Algérie assiste aujourd’hui à une succession d’évènements politiques donnant l’impression que le pays s’est déjà projeté dans l’après-Bouteflika. Le sort de l’Algérie se jouerait-il actuellement à l’étranger ? Loin de l’effervescence des rues algériennes, des manœuvres de dernière minute d’un pouvoir acculé et désirant s’assurer une sortie honorable, deux diplomates bien

2

Périscoop 11:00 | 21-03-2019

La chute du dinar

Depuis exactement un mois, le dinar algérien a perdu 10% de sa valeur face à l’euro. En effet, l’euro s’échange actuellement au marché noir à 220 DA. Selon les cambistes, cette inflation est due à la ruée vers la devise