Rubrique
Régions

RAMADHAN ET SAISON ESTIVALE La wilaya de Boumerdès ne manquera pas d’eau

Publié par Abachi L.
le 15.04.2019 , 11h00
121 lectures

Durant le mois du Ramadhan et l’été, la population de la wilaya de Boumerdès ne manquera pas d’eau. Bien mieux, une fois les projets structurants finalisés et mis en production, la situation s’améliorera davantage dans quelques mois. C’est, en résumé, le message que madame Malika Haddad, directrice intérimaire, depuis 3 mois, de la DRE (Direction des ressources en eau) de la wilaya de Boumerdès, voulait faire passer aux citoyens de cette région.
Réunions techniques et sorties sur le terrain, il nous a fallu de la patience pour rencontrer, mardi passé, la directrice de la DRE qui nous a communiqué toutes les informations demandées.
Pour accréditer son message, madame Haddad ne manque pas d’arguments. Selon elle, la wilaya met en moyenne 170 litres d’eau par habitant et par jour. La moyenne nationale est de 180 l/j par habitant. Ce calcul se fait, pour la wilaya de Boumerdès, sur la base d’une démographie de plus de 900 000 habitants.
Cette démographie dépasse largement le million durant la saison estivale. Néanmoins, ce débit de 170 l/j par habitant varie d’une région à une autre en fonction du réseau, des ressources et de la nature des agglomérations (isolées) . Il y a des localités qui bénéficient de plus de 220 litres, jour par habitant, d’autres seulement de 80 litres par jour et par habitant. Toujours selon la DRE, 51% des abonnés de la wilaya de Boumerdès ont de l’eau en h24, 27% la reçoivent une fois par jour, 14% une fois tous les deux jours et 8% une fois tous les trois jours voire plus. « Durant le mois du Ramadhan et l’été, nous allons renforcer nos capacités pour arriver à 37% des foyers qui recevront l’eau une fois par jour», s’engage la patronne de la DRE.
Il y a lieu de noter, par ailleurs, que 97% des habitations de la wilaya de Boumerdès sont connectées aux réseaux AEP (alimentation d’eau potable). Notre interlocutrice insiste, à l’occasion, sur la qualité de l’eau mise à la disposition de la population «elle est contrôlée et traitée selon les normes internationales», dira-t-elle.
Cette eau provient de trois types de production. Les forages, les barrages et le quota qui revient à la wilaya de la station de dessalement de Cap-Djinet. De ces forages (eau de sous-sol), la wilaya puisent quotidiennement, nous apprend madame Haddad, 33.189 m3, les systèmes des barrages - Keddara Taksebt pour les eaux superficielles- lui fournissent 159.954 m3/j et un quota de 45.479m3/j lui est attribué à partir de la station de dessalement de Cap-Djinet. Ce qui lui fait une disponibilité globale de 238.622 m3 par jour. 59.655 m3 (25%) sont affectés au secteur industriel et le reste est injecté dans les réseaux AEP.
La DRE reste optimiste pour améliorer l’approvisionnement en eau des populations. « Une fois les projets structurants en cours de réalisation, seront achevés, l’alimentation sera nettement meilleure. Avec les projets lancés, nous avions la possibilité de renforcer les disponibilités en ressources de la wilaya, malheureusement, les oppositions nous causent d’énormes retards parfois de 2 à 3 ans», conclura-t-elle, précisant qu’il est tenu compte des zones éloignées.
Abachi L.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 13-07-2019

Selon les communiqués de la justice
Ouyahia recevait des pots-de-vin des hommes d’affaires

Apprenant la nouvelle de son incarcération, le 12 juin dernier, Ahmed Ouyahia ignorait, sans doute, que son entrée en prison ne

2

Actualités 11:00 | 14-07-2019

COMMENT OUYAHIA, SELLAL ET CONSORTS VIVENT LEUR DÉTENTION
Les mystères d’El-Harrach

Le séjour carcéral des anciens ministres et hauts responsables détenus à la prison d’El-Harrach est l’un de ces «mystères» que les Algériens tentent continuellement de percer depuis un moment. Aux interrogations qui reviennent de manière régulière sur les réseaux sociaux, s’ajoutent