Rubrique
Régions

Direction de l’emploi de la wilaya de Jijel «Le chômage stabilisé à 8,63%»

Publié par Bouhali Mohammed-Cherif
le 13.08.2019 , 11h00
12 lectures
32 793 personnes sont sans emploi, sur une population active de 380 052, soit un taux de chômage de l’ordre de 8,63%, jusqu’au 31 mars de cette année, a-t-on appris auprès d’une source de la Direction de l’emploi de la wilaya.
La même source ajoute que le nombre de placements durant le premier trimestre est de 3 291 dont 2 565 concernant les hommes et 726 de femmes. Le nombre de personnes inscrites au registre de commerce est de 38 551.
Pour rappel, le directeur de l’agence de wilaya de l’emploi avait annoncé en avril dernier que le nombre de demandeurs d’emploi était de l’ordre de 29 000 au niveau de son instance.
Par ailleurs, le nombre d’inscrits sans qualifications occupe la première place avec 13 428, soit un taux de 41%, suivis par les diplômés de l'université avec 12 292 soit 37% .
D’aucuns attribuent cette baisse du taux de chômage aux projets lancés dans la wilaya dont entre autres, le complexe sidérurgique et la centrale électrique de Bellara, la pénétrante autoroutière reliant Jijel à la ville d'El Eulma, les barrages de Boussiaba et Tabelout et les grands transferts vers les hauts-plateaux».
Bouhali Mohammed Cherif

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 15-08-2019

LES RÉVÉLATIONS DE Me FAROUK KSENTINI
Comment Ould Abbès a été mis en prison

Les jours qui passent lèvent progressivement le voile sur les incroyables affaires anti-corruption qui se succèdent. Celle qui concerne Djamel Ould Abbès nous est révélée ici par son avocat. Me Farouk Ksentini tient, de prime abord, à s’expliquer : «Je n’accuse pas, je ne condamne pas, je relate uniquement ce qui s’est passé.» Tout commence à la mi-juin dernier, lorsque la justice fait parvenir

2

Périscoop 11:00 | 17-08-2019

Les monarchies du Golfe « arrosent» le Maroc !

La solidarité entre monarchies arabes bat son plein pour venir au chevet du palais de Rabat. Outre l’aide «classique» et régulière des Saoudiens, le royaume chérifien peut, aussi, compter sur