Rubrique
Régions

Campagne oléicole à Bouira Le DSA rassure et affirme que la mouche d’olive n’a aucun effet négatif sur les rendements

Publié par Yazid Yahiaoui
le 08.12.2018 , 11h00
401 lectures

Au mois de septembre dernier, lorsque la mouche d’olive s’était déclarée dans plusieurs régions de la wilaya de Bouira, les oléiculteurs avaient vraiment paniqué et s’attendaient tous à un rendement catastrophique pour l’actuelle campagne oléicole. Leur appréhension était d’autant plus légitime que même les experts dépêchés depuis l’institut national pour la protection des végétaux (INPV) qui ont visité certains vergers oléicoles à El Esnam, Ahnif, Kadiria et M’chédallah, ont constaté l’ampleur des dégâts occasionnés sur ces plantations par cet insecte ravageur, la mouche d’olive, au point qu’ils avaient prédit eux aussi, pour certains vergers d’El Esnam, durement touchés, une chute de rendement de l’ordre de 40 à 70%.
Le même constat a été fait dans les plantations oléicoles d’Ahnif, Saharidj, M’chédallah, Haïzer, Kadiria et un peu partout à travers la bande oléicole de la wilaya de Bouira qui s'étend depuis Aghbalou dans la daïra de M’chédallah jusqu’à Guerrouma dans la daïra de Lakhdaria.
Toutes ces données ont été largement partagées par les oléiculteurs résignés, qui ont dû pourtant revoir un peu plus tard leurs prévisions alarmistes. En effet, les pluies abondantes des mois de septembre et octobre, ont été bénéfiques pour les oliviers dont les fruits qui étaient très chétifs durant la période estivale, avaient retrouvé leur tonus et leur taille assez appréciable. De fait, les rendements que l’on prédisait comme catastrophiques, avaient été revus à la baisse puisque, avec ces pluies salvatrices, les quantités d’olives qui restaient encore accrochées sur les arbres, et qui avaient échappé à l’infection de la mouche d’olive, ont très bien mûri et devaient être très rentables en termes de rendement.
D’ailleurs, ce phénomène ; et même si les explications scientifiques manquaient, a toujours été relayé par les oléiculteurs, particulièrement ceux de la région de M’chédallah, à vocation oléicole par excellence, qui disent tous que durant les saisons où la mouche d’olive proliférait, les rendements en huile par quintal, sont très importants et peuvent atteindre jusqu’à 25-26 litres par quintal. Une prédiction vite appuyée par les oléiculteurs de la région de M’chédallah et même ceux de Bouira que nous avons rencontrés et qui affirment que les rendements pour cette année seront très importants.
Et présentement, le DSA de Bouira semble épouser cette thèse parfaitement, puisque, défiant toutes les prévisions sceptiques des oléiculteurs, il nous dira que les prévisions pour la présente campagne seront des plus excellentes. Le DSA, M. Guenoun Djoudi, dira même que la mouche d’olive signalée au mois de septembre, n’a aucun effet sur les rendements cette année. Et notre interlocuteur d'appuyer ces dires par des chiffres prévisionnels pour la présente campagne oléicole 2018-2019 qui sont estimés à 7,5 millions de litres pour une surface oléicole en rapport de 26 694 hectares, alors que la surface oléicole totale au niveau de la wilaya est de 37 309 hectares.
Selon le DSA, à qui nous avons rappelé les prévisions sceptiques des oléiculteurs, le rendement sera très important puisque, selon les premières données de la trituration au niveau de la région de M’chédallah et Fraksa dans la région d’El Esnam et d’Oued El Berdi, le rendement au quintal en ce début du mois de décembre, est de 17 litres alors que habituellement, à la même période, les rendements ne dépassent pas les 13 litres par quintal. Aussi, et toujours selon le DSA, cette année, les rendements qui iront crescendo, devront atteindre largement les 24/25 litres par quintal.
Cela étant, alors que le coup d’envoi officiel de la campagne oléicole au niveau de la wilaya de Bouira devra être donné jeudi prochain, les rares huileries qui ont entamé d’une manière timide la trituration affichent le prix de 650 dinars le litre d’huile. Un prix qui reste, au vu des augmentations tous azimuts des autres produits de consommation, abordable, surtout que, contrairement à certaines informations malintentionnées, le goût de l’huile n’est pas du tout altéré par la maladie de la mouche d’olive.
Enfin, rappelons que pour le moment, dans la wilaya de Bouira, ce sont quelque 211 huileries dont 88 super-presses, 81 semi-automatiques et 42 huileries traditionnelles qui sont mobilisées pour la présente campagne au niveau de la wilaya de Bouira.
Y. Y.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 20-02-2019

CRITIQUÉ POUR SON SOUTIEN À ALI GHEDIRI
Mokrane Aït Larbi s’explique

Le soutien qu’apporte le célèbre avocat Mokrane Aït Larbi à la candidature de l’ancien général-major Ali Ghediri a généré des critiques, mais

2

Actualités 11:00 | 20-02-2019

CANDIDATURE DE BOUTEFLIKA
La France officielle consent

La France aux commandes a pris acte sans réserve de la candidature de Bouteflika. Une option à laquelle elle était déjà préparée alors que des critiques particulièrement virulentes sont émises dans les milieux médiatiques et les faiseurs d’opinions. A Alger, le personnel diplomatique en place scrute à la loupe les nouveaux