Rubrique
Régions

ANNABA Le maire d'El Hadjar suspendu

Publié par A. Bouacha
le 11.11.2019 , 11h00
236 lectures

Le président de l’Assemblée populaire communale (P/APC) d’El Hadjar, Mebarek Benhamed, a été suspendu de ses fonctions par le wali de Annaba, Toufik Mezhoud. 
Cette décision a pris effet le  mercredi 7 novembre courant, selon un communiqué de la cellule de communication de la wilaya. 
Celle-ci explique que cette suspension est motivée par les poursuites judiciaires dont fait l’objet l’édile de cette collectivité locale. Il est accusé notamment d’«abus de pouvoir»  et d’attribution de logements ruraux à des personnes ayant déjà bénéficié de ce type de logements. 
Affaire qui fait l’objet actuellement d’un traitement par la justice. Cette suspension intervient une vingtaine de jours après celle du maire de Aïn Berda, Rabei Mehaouchi, d’obédience FLN. Cette commune était jusque-là en butte à des luttes intestinales. 
Les opposants au maire, deux tiers des 19 membres que compte la commune de l’ex-Penthievre, avaient décidé de geler leurs activités jusqu’au départ de leur président. 
Ce dernier est accusé de «dilapidation de deniers publics et de corruption». L’annonce de cette suspension a  été faite, il y a une quinzaine de jours, par le wali lors de l’installation du nouveau maire de Annaba, Tahar Merabti, en remplacement de Farid Merabet, contraint à la démission, en raison des énormes pressions qu’il subissait depuis un certain temps de la part de la majorité des membres de l’APC de Annaba. 
Pourtant, ils sont du même parti que lui, le FLN, qui dispose de 39 membres sur les 43 que compte la collectivité locale de la quatrième ville du pays.
A. Bouacha

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 08-12-2019

Emin auto :
«Bouchouareb demandait de l’argent pour régler notre situation»

Les représentants de la société Emin auto font, eux aussi, partie des témoins de la partie civile ayant accablé Bouchouareb et les deux anciens Premiers ministres incarcérés. «Nous avons déposé notre dossier en 2015, témoignent ses