Régions / Régions

MOSTAGANEM

Le prix de la volaille en baisse

Cette diminution sur la volaille a, bien sûr, été accueillie favorablement par les ménages. La plupart des ménages qui se contentaient de se ravitailler en petites quantités peuvent aujourd’hui se permettre d’acheter un poulet entier sinon une cuisse de dinde. Cette baisse est due à la suppression de la taxe des aliments pour l’engraissement de la volaille destinés aux aviculteurs.
Enfin, une bonne nouvelle pour les ménages, en ce mois de septembre alors que les prix des fruits et légumes, de viande rouge et du poisson ont connu des hausses importantes, le prix de la viande blanche a, quant à lui, chuté d’une manière vertigineuse entre 240 et 260 da le kilogramme pour le poulet de chair et 340 et 360 DA pour la dinde.
La volaille a perdu quelques 40% de son prix au kilogramme. Chez les aviculteurs, cette baisse soudaine du prix de la volaille vient confirmer l’exonération des matières premières destinées aux aviculteurs sur la taxe ajoutée. «Il ne faut pas s’étonner de la baisse des prix et du mouvement de fluctuation saisonnière du marché, ce sont les producteurs qui imposent les prix», soutient un boucher de la ville spécialisé dans la volaille.
Il faut signaler aussi la déperdition du petit élevage pour laisser place à de grandes installations modernes utilisées de manière industrielle.
Les aviculteurs et autres producteurs d’aliments pour animaux vont donc augmenter le taux de production afin de réduire les prix de viande blanche.
A. Bensadok