Rubrique
Régions

Suite à l’effondrement de toitures de 2 classes à Chlef Le wali ordonne une enquête

Publié par Karim. O.
le 17.11.2019 , 11h00
138 lectures

Après l'effondrement des toitures de deux classes, le wali réagit enfin, en décidant de désigner une commission d'évaluation des dégâts.
Il a fallu que les toitures de deux classes s'effondrent dans deux écoles, l'une à Beni Haoua et l'autre à Sidi Abderrahmane, sur le littoral ténésien, et que des drames soient évités de justesse pour, qu'enfin, le premier responsable de la wilaya décide de mettre sur pied une commission d'enquête à qui a été confiée la mission d'établir un rapport sur la base duquel des mesures de réhabilitation ou de reconstruction seront décidées, une commission d'enquête composée de responsables des secteurs concernés et présidée par l'inspecteur général de la wilaya. Par ailleurs, selon des sources dignes de foi, ces deux écoles ne sont pas les seules atteintes de délabrement avancé, mais en fait, il s'agit de 22 écoles primaires qui ont été recensées dans ce cas sur le territoire de la wilaya
Toujours selon nos sources, des rapports de situation ont été établis bien antérieurement et adressés aux instances concernées. Malheureusement, ces rapports n'ont pas fait réagir les responsables ni attiré leur attention sur les risques qu'encouraient les élèves. A propos de réhabilitation et de mise à niveau de ces établissements, situés pour la plupart en zones rurales ou déshéritées, les responsables concernés auraient bien pu entreprendre des mesures préventives contre de tels drames potentiels durant la période des grandes vacances. «Malheureusement, rien n'a été fait ou presque rien et on a continué de faire fonctionner ces écoles», témoignent des parents d'élèves. Ces parents d'élèves, à leur tour, ont tenté à plusieurs reprises d'attirer l'attention des autorités concernées à travers des contestations, sur la situation dans laquelle se trouvent leurs écoles et, indique-t-on, ils sont allés parfois jusqu'à empêcher leurs enfants de continuer à se rendre dans ces établissements ; des contestations qui n'ont pas eu d'échos, hélas. Sans doute, nous ont déclaré des parents, «ils (les responsables) attendent peut-être qu'il y ait des victimes, des morts et des blessés, pour réagir a posteriori».
Karim O.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 08-12-2019

Emin auto :
«Bouchouareb demandait de l’argent pour régler notre situation»

Les représentants de la société Emin auto font, eux aussi, partie des témoins de la partie civile ayant accablé Bouchouareb et les deux anciens Premiers ministres incarcérés. «Nous avons déposé notre dossier en 2015, témoignent ses