Rubrique
Régions

El Tarf Les habitants de la commune du Lac-des-Oiseaux, ferment la RN

Publié par Daoud Allam
le 01.08.2019 , 11h00
215 lectures

Les coupures intempestives d’électricité dans la commune du Lac-des-Oiseaux sont devenues récurrentes. Afin de dénoncer cet état de fait et se faire entendre, les habitants sont montés au créneau en fermant la RN 44, hier matin.
Les habitants de ladite commune ont  déjà barré la même route dans la nuit de mardi  et sont revenus à la charge, le lendemain, pour fermer cet axe névralgique reliant la wilaya d’El Tarf à la wilaya d’Annaba et ce, en usant de blocs de pierre et autres objets hétéroclites.
«Nous dénonçons avec véhémence la fuite en avant des responsables de l’entreprise Sonelgaz ainsi que les autorités locales quant à la prise en charge de notre problème qui perdure depuis des mois. Une entreprise qui n’arrive pas à trouver une solution pérenne à ce problème qui empoisonne notre quotidien et qui est source des pannes des appareils électroménagers et des pertes financières colossales pour les commerçants. Personne n’a levé le petit doigt pour nous venir en aide et résoudre ce sempiternel problème. C’est une honte». Et d’ajouter que «les élus de la commune sont aux abonnés absents».Cependant, selon des manifestants «les autorités locales ont adopté une position pour le moins incompréhensible. C’est le silence radio et la fuite en avant. Nous réclamons et le départ du directeur de wilaya de Sonelgaz et le départ du wali».
Daoud Allam

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Société 11:00 | 19-09-2019

La longue traversée vers Djerba !

Le bus qui transportait une partie des vacanciers à destination de Djerba en Tunisie, un séjour organisé par une agence de voyages d'Alger, démarre vers 15 h à partir de la capitale. C'était mercredi 11 septembre, le deuxième

2

Actualités 11:00 | 19-09-2019

La «chkara» au cœur d’une guerre sans précédent
Tliba et le fils Ould-Abbès s’accusent mutuellement

Tliba et le fils Ould-Abbès s’entredéchirent à distance pour tenter d’avoir le dernier mot dans une affaire de corruption où ils risquent de se voir condamner à plusieurs années de prison. 9 septembre 2019. La lutte anti-corruption déclenchée au lendemain de la chute du régime Bouteflika se poursuit inexorablement et s’arrête ce