Rubrique
Régions

Sidi-Bel-Abbès Les investisseurs se bousculent pour les 5 forêts récréatives

Publié par A. M.
le 16.04.2018 , 11h00
234 lectures

Cinq forêts récréatives, en l’occurrence celles de Djebel Refas de 19 ha (Télagh), forêt de l’Etat Doumiette 8 ha (Dhaya), forêt de Moulay-Slissen 15 ha, forêt de Zegla, 17 ha (Mérine), forêt de Bouhriz, 16 ha (Tenira), attendent des investisseurs pour leur aménagement et leur exploitation.
Ils sont nombreux les investisseurs tentés par de tels projets a priori très lucratifs et à soumissionner, et les propositions sont faramineuses.
La Conservation des forêts a reçu, en effet, plusieurs investisseurs avec des propositions très intéressantes.
Pour trancher, cette dernière a dressé une liste de conditions, notamment celle concernant le capital de l’investisseur qui doit égaler ou dépasser les 30% le coût de l’investissement, le cahier des charges comportant le plan d’aménagement, le respect du plan d’aménagement et autres clauses qui doivent départager les soumissionnaires. Pour l’instant, ce sont les forêts énumérées ci-dessus qui devront trouver leurs investisseurs.
Plus tard, ce sont d’autres forêts, à savoir celle de Attouch (Tessala), le Bosquet (Sidi-Bel-Abbès), Sidi-Zouaoui (Boukhanefis), Sarno (Sidi-Hamadouche) et Sidi-Dahou qui seront confiées à des investisseurs répondant aux conditions exigées.
A. M.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 22-09-2018

ALGER-PARIS
Nouvelles tensions diplomatiques

Irritée par les comportements de Paris, Alger a, à l'évidence, décidé de ne plus rester les bras croisés. Entre les deux capitales, la tension est désormais très perceptible, et l'Algérie est quant à elle bien décidée à crever l'abcès lors de la réunion de la Comefa qui

2

Actualités 11:00 | 23-09-2018

ALGÉRIE-FRANCE
Les clefs de cette nouvelle crise

Même si elle ne s’exprime pas encore officiellement, la colère gronde à Alger en raison des récents évènements survenus avec Paris. Le retrait des policiers chargés de la surveillance de notre représentation en France et les «révélations» de l’ancien ambassadeur français en Algérie ont jeté un froid sans précédent et soulevé un certain nombre d’interrogations. Dans ce contexte, la sortie médiatique de Bernard Bajolet est perçue comme l’un des faits les plus retentissants compte tenu de la quantité