Rubrique
Régions

BOUIRA Les ministres se succèdent et leurs promesses… s’envolent

Publié par Yazid Yahiaoui
le 23.09.2018 , 11h00
262 lectures
Présent mercredi dernier à Bouira, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Hattab s’est dirigé directement vers Tikjda où il s’est enquis des travaux en cours de réalisation au niveau du Centre national des sports et loisirs de Tikjda ou CNSLT, ce centre, auquel tous les ministres du secteur qui se sont succédé depuis au moins 10 ans, ont promis monts et merveilles mais, … sans plus.
Ce mercredi encore, le ministre de la Jeunesse et des Sports s’est montré très satisfait des conditions de séjour des athlètes dans ce lieu unique situé à plus de 1 600 mètres en plein Parc national du Djurdjura ou PND, et qui allie commodités et altitude ; satisfaction très visible tant du côté des services dispensés au niveau du centre avec un personnel des plus professionnels et des plus qualifiés que du côté des infrastructures existantes avec un hébergement dans de très bonnes conditions avec toutes les commodités pour les sportifs en termes de saunas, de salles de sport et de musculation, et même la restauration, a encore promis de faire du CNSLT, un centre de préparation de haut niveau. Cependant, cela n’a pas empêché le ministre de visiter certaines infrastructures en cours de réalisation dans le cadre de l’extension du centre, de manifester son mécontentement concernant par exemple le retard enregistré dans l’achèvement du stade qui était prévu pour juillet dernier. Un retard que le ministre n’arrivait pas à comprendre et que les responsables chargés du suivi, n’avaient pas eu le courage de lui expliquer. Le retard est en fait dû au blocage imposé par la direction du PND, propriétaire des lieux, qui ne veut pas céder sur l’arrachage d’un peuplier situé sur le périmètre prévu du stade. Un peuplier qui était visible lors de la visite du ministre sur site mais que personne n’avait évoqué ni expliqué comme étant l’une des principales causes du retard. Cela étant, le ministre a donné des instructions pour que les travaux soient achevés dans un délai n’excédant pas les deux mois. Par ailleurs, lors de cette visite, le ministre a, comme ses prédécesseurs, abordé le sort des centres de préparation des équipes nationales et des athlètes, qui sont au nombre de 13 à l'échelle nationale. Le ministre de la Jeunesse et des Sports a rappelé que la politique actuelle de son département est de tout faire pour mettre ces centres aux normes internationales afin que les différentes fédérations trouvent des conditions idéales pour la préparation de leurs équipes et de leurs athlètes à l’intérieur du pays, et éviter ces dépenses faramineuses en devises au niveau des centres de préparation étrangers dont les conditions de préparation sont loin d’être à la hauteur. Aussi, ce fut dans ce cadre que, concernant le CNSLT dont les conditions d’accueil et même de commodités sont très satisfaisantes que le ministre s’est engagé à offrir tous les moyens nécessaires afin d’en faire «un centre sportif d’excellence en haute altitude d’envergure internationale qui sera parmi les meilleurs au monde». M. Mohamed Hattab semble axer sa politique sur la réhabilitation et la prise en charge de ces centres, en insistant sur les résultats qui doivent être au rendez-vous, non sans faire une pique à l'endroit de «certaines fédérations qui n’honorent pas du tout les couleurs nationales dans les rendez-vous internationaux», dira-t-il sans plus de précisions. Aussi, et puisque la politique de l'actuel ministre de la Jeunesse et des Sports est claire, la réhabilitation des télésièges au niveau du CNSLT, sur laquelle il était interpellé et dont dépend vraiment la relance du sport hivernal, très prisé par les sportifs d’abord mais également par des milliers de touristes, est reportée à une date ultérieure. Un report qui nous rappelle tant d’autres projets ou actions, promis par les différents ministres ces dix dernières années, avant de les voir annulés ou reportés juste après leur départ. Et présentement, pour les télésièges et les remontées mécaniques, le ministre Ould Ali avait publiquement annoncé en décembre 2017 le lancement des études pour la réhabilitation de ces remontées mécaniques et la relance imminente du ski à Tikjda. Quelques mois plus tard, son successeur vient le contredire et mettre ce projet en berne. On se rappelle également ce fameux centre national de préparation des équipes nationales promis par Hachemi Djiar au niveau de l’ancienne base de vie de l’entreprise russe, Razel près du barrage de Tilesdit, à Bechloul, ou encore la promesse faite par le même ministre aux citoyens de la région de M’chédallah de créer un lycée sportif régional au niveau du lycée Nasr Eddine Mchédali : deux projets tombés à l’eau quelques mois plus tard, après le départ de Hachemi Djiar et son remplacement par Mohamed Tahmi… En somme, surtout pour la jeunesse et les sports, la succession des ministres a créé une instabilité chronique pour le secteur et d’ailleurs, les résultats catastrophiques à l’échelle internationale en sont la parfaite illustration. Et parlant justement de ces résultats médiocres que nos athlètes et nos équipes nationales, récoltent à l’étranger, le ministre a été interpelé au sujet de la récente enquête de la BBC TV concernant la corruption qui serait monnaie courante dans le football algérien au niveau de son championnat professionnel. Le ministre Hattab n’a pas voulu s’attarder sur le sujet, mais a rappelé que cette enquête n'est pas du tout crédible et que ceux qui avancent des choses, n’ont qu’à apporter des preuves ; en rappelant que le championnat national algérien et le football en général, sont parmi les meilleurs championnats au monde tant du côté spectacle que du côté organisation et éthique sportive.
Y. Y.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 09-12-2018

Une garde rapprochée pour Belkhadem

Depuis une semaine, Abdelaziz Belkhadem bénéficie d’une garde rapprochée et d’un véhicule de service. Il faut dire que jusqu’ici, ces moyens lui avaient été retirés au lendemain de son éviction du poste de secrétaire

2

Actualités 11:00 | 09-12-2018

VISITE DE MOHAMMED BEN SALMANE À ALGER
L'enjeu était pétrolier

En arrivant à Alger, le prince saoudien était animé d'intentions qui semblent aujourd'hui bien plus évidentes qu'elles ne l'étaient. En crise politique avec plusieurs Etats membres de l'Opep, Mohammed Ben Salmane est venu solliciter l'aide de l'Algérie en vue des négociations serrées qui s'annonçaient. Tous les éléments du puzzle se sont mis en place. Les événements survenus à la suite du déplacement de Mohammed Ben Salmane l'ont bien prouvé, le roi d'Arabie Saoudite a chargé

3
4

Pousse avec eux 11:00 | 09-12-2018

Ah’chem chouia !

5