Rubrique
Régions

Ghazouet Les retraités en colère

Publié par M. Zenasni
le 16.11.2019 , 11h00
400 lectures

Il y a quelques jours, nous avons évoqué l’initiative de la CNR d’ouvrir des débats avec les retraités et les ayants- droit, pour mieux les servir. Lors de ces journées portes ouvertes, organisées au niveau des principales daïrates, Sebdou, Maghnia, Ghazaouet et Nedroma, les équipes de la caisse de retraite ont été en contact direct avec les intéressés. 
Cependant, cette campagne de sensibilisation n’a pas eu l’effet escompté dans certaines communes. Dans un message qui nous est parvenu, d’un médecin de la ville de Ghazaouet, les choses ne sont pas aussi simples que ça.
Dans le but d’assainir son fichier et démasquer les fraudeurs, la caisse de retraite exige de tous les retraités de remplir un imprimé et de le faire valider par les services de la mairie.
Les concernés se posent alors la question sur la fiabilité des pièces d’état civil, telles que le certificat de vie ou la fiche familiale, qui suffiraient largement au retraité de faire valoir ses droits. Eu égard aux moyens existants et mis à la disposition de la Cnas et de la CNR, il est tout à fait possible de gérer cet état matrice, aussi bien des assurés que des retraités et ce, en coordination avec l’état civil afin d’éviter de longs déplacements à ceux qui ont quitté leurs lieux de naissance.
M. Zenasni

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-12-2019

Après leur condamnation par la justice
Ces biens qui doivent être confisqués à Sellal et Ouyahia

Le procès consacré à l’automobile a permis de lever le voile sur un aspect qui a longtemps alimenté fantasmes et rumeurs populaires : les biens personnels de certains ministres qui ont gouverné des années durant. Au cours

2

Corruption 11:00 | 09-12-2019

DES MOTS POUR LE DIRE
Ouyahia, en 2007, au sujet de la corruption et de la mauvaise gestion

«J’ai un ami, qui est toujours ministre et en poste très important au gouvernement ; lorsque nous parlions de la corruption qui existe au plus haut niveau de l’Etat, il me disait qu’il ne faudrait pas non plus oublier de parler et