Rubrique
Régions

NIDS-DE-POULE, CREVASSES… ET DOS-D'ÂNE NON CONFORMES Les routes se dégradent à Guelma

Publié par Noureddine Guergour
le 10.02.2019 , 11h00
104 lectures

L’état des routes se détériore. A Guelma aussi à Belkhier et Boumahra. A Khezaras, Nechmaya… et à Oued Zenati, les routes de certains quartiers, sont très dégradées. Autre point noir : la très grande lenteur pour l'engagement de l'opération de la remise en état de la voirie après travaux.
Des chaussées de certains quartiers du centre-ville de Guelma sont devenues impraticables après les averses de pluies qu’a connues la région ces dernières semaines. La circulation en a été perturbée. Bref, les routes de Guelma sont mal entretenues. En témoigne le réseau routier du centre-ville qui est par endroits, préoccupant. Y compris sur des axes extrêmement fréquentés comme le tronçon du boulevard du 19-Juin, près des mosquées Ennour, et Bilal, les cités Emir Abdelkader, les frères Rahabi,... et les alentours du boulevard Souidani-Boudjemaâ. Et même lorsque des travaux sont engagés, les services concernés optent pour un revêtement en gravillons très inconfortable. Pourtant, ces axes routiers reçoivent des centaines de véhicules/jour. A cela, s’ajoutent les désagréments provoqués par les «dos-d'âne anarchiques », implantés le plus souvent horsnormes et sans autorisation préalable. Ces ralentisseurs sont-ils illégaux ? C'est en tout cas ce que les automobilistes de Guelma déplorent. «La législation n’est pas toujours respectée dans l’élaboration des ralentisseurs, qui a été très encadrée » déclare un chauffeur de taxi de la ville, estimant que les dos-d’âne sont faits pour ralentir, donc pour lutter contre les accidents. «Aujourd’hui, leur réelle utilité pose question », dénonce un automobiliste, ayant endommagé son véhicule sur un dos-d'âne qui serait non conforme aux recommandations.
Noureddine Guergour

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Contribution 11:00 | 19-08-2019

L'ère Bouteflika ou la trahison de serment

Depuis son accession à l'indépendance, l'Algérie a connu sept présidents de la République et chefs d'Etat ainsi que quarante-trois gouvernements qui ont successivement assuré la direction et la gestion du pays. Confrontée aux multiples défis

2

Actualités 11:00 | 20-08-2019

Projet Peugeot Citroën en Algérie
PSA réaffirme ses engagements

La situation de blocage et d’incertitude qui pèse sur le secteur automobile en Algérie, suite aux nombreuses arrestations de patrons d’usines d’assemblage de véhicules, a soulevé quelques appréhensions sur l’avenir de certains projets en cours de