Rubrique
Régions

BLIDA Les travailleurs de l’entreprise publique de nettoiement en grève

Publié par Mohamed Belarbi
le 12.09.2018 , 11h00
128 lectures
Les travailleurs de l’entreprise publique de nettoiement de Blida sont entrés lundi en grève, et ce, pour protester contre leur non-paiement ces jours-ci ainsi que pour contester les conditions difficiles de travail dont ils sont soumis.
L’une des raisons de leur débrayage est le non-virement de leurs salaires en temps opportun tel qu’il a été entendu entre les travailleurs et la tutelle, à la veille de la rentrée scolaire. Ces travailleurs disent qu’ils se sont retrouvés dans une situation délicate du fait qu’ils n’ont pas trouvé avec quoi acheter les trousseaux scolaires à leurs enfants.
L’autre cause de leur mouvement de protestation est justifiée par leur refus de travailler dans des conditions dangereuses d’autant qu’ils ne sont pas dotés, précisent-ils, de moyens de protection comme les gants de travail et les souliers de sécurité.
En sus des raisons citées plus haut, les agents de nettoiement en grève ont rejeté en bloc le fait que des sociétés privées s’engagent dans le nettoiement, ce qui a été considéré par eux comme une menace à leur emploi.
A noter que la tutelle a intervenu pour calmer les esprits.
M. B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 11-11-2018

ANP
Vers la fin du cumul des fonctions au sein de l’armée

C’est sur instruction personnelle directe de Abdelaziz Bouteflika que les cinq généraux-majors et le colonel des services, détenus depuis le 14 octobre à la prison militaire de Blida, ont été libérés le 5 novembre

2

Actualités 11:00 | 10-11-2018

AUDITIONNÉ À TROIS REPRISES PAR LE JUGE D’INSTRUCTION
Comment se défend «El-Bouchi»

Au tribunal de Sidi-M’hamed d’Alger, les apparitions de Kamel El-Bouchi, de son vrai nom Kamel Chikhi, ne font plus l’évènement. Même le dispositif mis en place aux alentours de la bâtisse se fait désormais plus léger qu’à l’habitude et attire, par conséquent, beaucoup moins le regard