Rubrique
Régions

NAÂMA Plus du tiers des élus TAJ rejoignent le FLN

Publié par B. Henine
le 14.06.2018 , 11h00
136 lectures

Rien ne va plus dans la maison de Amar Ghoul à Naâma. En effet, dans une déclaration rendue publique, plus d’un tiers des membres élus (APC/APW) du parti TAJ (Tajamoue Amal Jazaïr) de Amar Ghoul, ont décidé à l’unanimité de démissionner  de cette formation politique. Une sortie inattendue donc, — à l'approche des sénatoriales — des membres élus qui se sont décidés en «bloc» de claquer la porte du parti pour rejoindre la formation de Ould-Abbès, en l’occurrence le FLN. Cette démission collective, nous dit-on, intervient au moment où le parti traverse une crise très tendue suite aux nombreuses tractations qui ont surgi ces derniers temps dans le cercle du parti localement, notamment la fermeture des voies du dialogue. 
Pour rappel, en 2015, 39 élus locaux du parti TAJ ont démissionné dans les mêmes circonstances de cette formation sous la conduite de l'actuel sénateur Gouneiber Tayeb et ont rejoint alors le RND ; un divorce justifié de différentes raisons, entres autres, la marginalisation des élus, les déviations du parti des missions qui lui sont conférées dans sa ligne politique, les prises de décisions unilatérales sans le consentement des autres membres du parti, etc.
«Nous avons quitté TAJ par principe, et nous avons choisi par conviction notre nouvelle appartenance partisane le FLN, loin de toutes surenchères», ont déclaré les nouvelles recrues de l’ex-parti unique.
B. Henine

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 13-10-2018

ÉVÉNEMENTS DU 5 OCTOBRE 1988
Hanoune répond à Ouyahia

La réponse de Louisa Hanoune à Ahmed Ouyahia ne s’est pas fait attendre. Au premier ministre qui affirmait que les événements du 5 Octobre 1988 avaient mené le pays à l’anarchie, la secrétaire générale du parti des travailleurs répond que c’est faux. Elle appelle

2

Actualités 11:00 | 13-10-2018

AFFAIRE BOUHADJA
Ce qui irrite Abdelaziz Bouteflika

Le président de l'Assemblée populaire nationale irrite au plus haut point le patron d'El Mouradia. Selon une source sûre, l'entourage de Abdelaziz Bouteflika est d'autant plus remonté contre Saïd Bouhadja que, «nous détenons des éléments sûrs que nous