Rubrique
Régions

DES MILLIERS D’USAGERS PÉNALISÉS Tizi-Ouzou paralysée par une grève des transporteurs

Publié par A. M.
le 11.02.2019 , 11h00
167 lectures
La nouvelle disposition régissant le transport public de voyageurs et de marchandises n’agrée aucunement les transporteurs de la wilaya de Tizi-Ouzou.
Ils l’ont fait entendre hier à travers une grève dont l’appel a trouvé un large écho auprès des chauffeurs de transport urbain et suburbain de Tizi-Ouzou ainsi que de quelques unes parmi les importantes localités de la wilaya.
Une situation pénalisante pour des milliers d’usagers des transports publics due à la montée au créneau, donc, de plus d’une dizaine de collectifs représentant les transporteurs qui, affirment-ils dans un communiqué, ont déjà prévenu en janvier dernier les autorités concernées, la Direction des transports de la wilaya, qu’ils rejetaient l’instauration du brevet de permis de transport de voyageurs et de marchandises désormais exigible après le suivi d’une formation. «Cette formation est dénuée de tout sens pratique du fait que la majorité des transporteurs exercent déjà et cumulent plusieurs années d’expérience », ont argué les représentants des collectifs de transporteurs qui, également, soulignent que le coût de la formation en question (près de 50 000 DA) est exagéré, en plus, ils ne peuvent se permettre d’observer deux semaines d’arrêt de travail pour les besoins d’une formation.
On notera que ce mouvement de grève qui a causé, préjudice aux usagers, a reçu le soutien du Collectif d’appui à la micro-entreprise (CAME) et de l’UGCAA.
A. M.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 20-02-2019

CRITIQUÉ POUR SON SOUTIEN À ALI GHEDIRI
Mokrane Aït Larbi s’explique

Le soutien qu’apporte le célèbre avocat Mokrane Aït Larbi à la candidature de l’ancien général-major Ali Ghediri a généré des critiques, mais

2

Actualités 11:00 | 20-02-2019

CANDIDATURE DE BOUTEFLIKA
La France officielle consent

La France aux commandes a pris acte sans réserve de la candidature de Bouteflika. Une option à laquelle elle était déjà préparée alors que des critiques particulièrement virulentes sont émises dans les milieux médiatiques et les faiseurs d’opinions. A Alger, le personnel diplomatique en place scrute à la loupe les nouveaux