Rubrique
Régions

TIPASA : Une compression d’effectifs est inévitable Tonic, le méga-complexe papetier africain dans la tourmente

Publié par Houari Larbi
le 17.09.2019 , 11h00
560 lectures

Des centaines de grévistes bloquent la route menant de Bou Ismaïl à Koléa depuis quelques jours. Il s’agit des travailleurs de Tonic-Emballage accompagnés des représentants syndicaux munis de banderoles, qui affichaient leur colère et surtout leur appréhension d’un futur incertain.
Tonic-Emballage est une entreprise qui fut le fleuron de l’emballage et de l’industrie papetière en Algérie et en Afrique ; aujourd’hui, son activité se réduit en peau de chagrin. En effet, Tonic, le méga-complexe papetier africain qui employait à l’origine 4 000 travailleurs et qui affichait une capacité de production de
300 000 tonnes/an de produits finis, se trouve en crise. Comment cela ?
Selon les informations en notre possession, une crise financière grave perdure et elle a donné lieu à une grève répétitive déclenchée depuis un mois. Cette crise au sein de Tonic-Industries rappelle celles du 19 juillet 2011 et de 2017, mais aussi les graves problèmes qui ont suivi la mise en faillite de Tonic et de ses 10 sociétés en décembre 2009.
Les syndicats expliquent cette crise par le lourd passif de cette société qui souffre des séquelles et des anomalies de sa gestion antérieure, notamment les accusations portées par les anciens propriétaires «contre la dilapidation du séquestre en 2007».
«Mais tout cela est du passé», nous répliquent quelques responsables de Tonic.» On explique ainsi que «d’immenses investissements furent opérés par Tonic qui devait initialement pouvoir recycler 500 tonnes /jour de déchets de papier collectés, créer des milliers d’emplois indirects, et faire employer plus de 4 000 travailleurs permanents. Mais cette immense société se trouve aujourd’hui face à une situation dramatique», nous révèle cette source.
En parallèle à ce constat, des voix s’élèvent et estiment que des solutions urgentes doivent être proposées pour le règlement de la crise financière qui touche l’EPE Tonic-Industries et faire cesser le mouvement de grève déclenché depuis un mois.
Des indiscrétions nous révèlent que des prémices de solutions auraient été trouvées récemment au cours d’une rencontre organisée au sein de l’entreprise entre ses responsables et des représentants du Conseil des participations de l’Etat, de l’Inspection du travail et du directeur de l’industrie de la wilaya de Tipasa, qui se sont retrouvés, récemment, pour faire le point de la situation financière .
Cette solution consisterait, selon nos sources, en une dotation de nouvelles ressources financières pour faire redémarrer les unités de production, à l’arrêt depuis plusieurs mois, pour manque d’approvisionnement du fait des problèmes de trésorerie.
Les travailleurs, et devant cette situation de blocage et les menaces qui pèsent sur leur entreprise, ont eu recours à une grève illimitée, et ce, depuis plus d’un mois, ce qui a alarmé les responsables qui se sont évertués à rechercher des solutions à ce risque de faillite imminent qui pourrait affecter ce méga-complexe africain spécialisé dans les emballages.
La sonnette d’alarme a été aussi tirée par les responsables syndicaux, qui affirment qu’«outre les problèmes de salaire, il y a d’immenses difficultés de fonctionnement des unités qui activent en deçà de leurs capacités actuelles, face à la pénurie d’approvisionnements».
On nous révéle, par ailleurs, qu’il est même envisagé de recourir au dégraissage des effectifs, «ce qui va altérer la situation sociale de plusieurs centaines de travailleurs», estime le partenaire social. C’est dans cette optique que le syndicat a révélé qu’une convention portant sur un plan de dégraissage des effectifs pourrait être envisagée en cas de nécessité, mais qui interviendrait ultérieurement, si aucune solution n’est trouvée pour faire fonctionner les unités à plein régime.
Selon nos sources, le partenaire social admet que la situation de l’entreprise est devenue intenable et que la pléthore des effectifs devra être prise en charge, cela même en cas de dotation en approvisionnements, car l’entreprise travaille à perte, c’est ce qui a prévalu dans les bases de ce plan d’élagage des effectifs, négocié par les deux parties.
Le représentant des travailleurs rappellera que la même situation a été vécue en 2017. «C’est un véritable plan de sauvetage de l’entreprise qui va être lancé et la compression du personnel est inéluctable», selon les prévisions de certains syndicalistes.
Houari Larbi

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 12-10-2019

Aéroport d’Alger, sécurité routière, marchés de gré à gré
Les décisions d’urgence de Bedoui

Un contrat à résilier, deux projets de décrets exécutifs à examiner et à débattre, et six projets de marchés de gré à gré simple à valider. Ce sont autant de dossiers traités mercredi dernier, lors de la réunion du gouvernement, tenue

2

Périscoop 11:00 | 13-10-2019

Détenus «pudiques»

Certains «hôtes de marque» de la prison d’El-Harrach auraient demandé à leurs parents de ne plus venir les voir, rapportent des avocats. Ces anciens hauts dignitaires